Arashiyama

Arashiyama « montagne de la tempête » se situe à l’ouest de Kyoto au pied du mont Arashi. C’est endroit vraiment agréable pour s’éloigner de la ville, une impression de campagne entourée de montagnes. Arashiyama est aussi apprécié des Japonais que des touristes, notamment pendant la saison des cerisiers et des momiji. Ce lien est très connu pour son célèbre pont, le Togetsukyo, et sa foret de bambou.

dscf3018

J’y vais toujours via la ligne Hankyu, qui nous dépose dans une jolie gare qui met tout de suite dans l’ambiance. A 5-10 minutes de marche, le fameux pont Togetsukyou est en vue. Apres l’avoir traversé nous arrivons devant une grande rue mélangeant boutiques souvenirs, restaurants et magasins de nourriture traditionnelle proposant aussi bien de la pâtisserie que des .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En montant cette rue nous passons devant la gare Arashiyama Dentetsu qui est un petit chemin de fer privé reliant le centre de Kyoto à Arashiyama ou les visiteurs sont accueilli par « une forêt de kimono » qui est illuminée une fois le soleil couché. 

PC190706.JPG

Continuant notre route nous arrivons au temple bouddhiste Tenryu-ji qui a été crée en 1339 et qui est connu pour son étang dont la forme correspond au kanji du cœur 心. Que se soit pour entrer à l’intérieur ou dans son beau jardin l’entrée est payante. Sous réservation il est aussi possible de déjeuner dans le restaurant du jardin du temple qui propose le menu des moins bouddhistes ce qui signifie végétarien et typique japonais, chose qui ne correspond pas au palais de tous les touristes étrangers.

1271029_10202229805890481_362895173_o.jpg

La fin de la visite du jardin débouche sur la foret de bambou qui à la surprise de beaucoup de touristes n’a pas le beau vert pétant que l’on peut voir dans les livres touristiques. Cette bambouseraie s’étend sur plus de 500m. C’est tres agréable de s’y promener, de par son ambiance, on est coupé du monde pendant un cours moment.  

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la sortie de la forêt de bambou, nous arrivons dans le coin rural. Selon son envie, on peut retourner au centre, s’aventurer un peu plus dans cette campagne pour découvrir d’autres petits temples, la chaumière de l’écrivain d’haiku Mukai Kyorai, ou une petite boutique vendant des objets en bambou fait main. Le bambou étant un matériau très solide produit de beaux objets de qualités. 

Arashiyama, un bel endroit pour une belle journée ! 

Bonus : Dans le quartiers des boutiques souvenirs il y a le magasin Platz qui vend des zabuton, coussins japonais pour s’asseoir parterre, qui en fabrique aussi sur demande. On peut choisir la forme et les motifs, selon la durée du séjour, la boutique s’engage à vous faire livrer votre commande à l’hôtel! Voici le site avec la page de commande qui est écrite en anglais. N’hésitez pas à vous faire plaisir avec un souvenir nippon personnalisé ! Platz 

Le saviez-vous ?

Voici un article spécial Le Saviez-vous, dans les chroniques de Mon quotidien japonais j’en glisse souvent, mais je me suis dit que j’allais tout rassembler en un article. Du coup vous devez surement être déjà au courant de certaines choses, mais j’espère vous en apprendre de nouvelles !

16444153_10211763241740419_1939064513_o.jpg

  • Dans les ryokan, hôtels japonais traditionnels, il y a souvent des biscuits qui nous attendent sur la petite table de la chambre d’hôtel. Je pensais que c’était une façon de nous souhaiter la bienvenue, mais en fait non. En effet, il est conseillé de manger quelque chose de sucré avant d’aller au bains japonais et au onsen afin d’éviter de faire un malaise à cause de la température de l’eau qui peut varier entre 40 et 46℃.
  • Dans les bento, il y a souvent des pâtes sous des légumes sautés, les viandes et les fritures. Connaissez-vous la raison? Eh bien c’est tout simplement pour absorber le gras !
  • En vérité les sushis se mangent à la main et non avec des baguettes ! Lorsqu’on le met en bouche, le poisson doit être sur la langue et non contre le palais. De plus, on ne trempe pas le sushi dans la sauce soja car cote riz, celui va s’effriter et cote poisson, celui va tomber. Dans les vrais restaurants de sushi, pas ceux à tapis roulant, il y a de fines tranches de gingembre sur les tables, avec les baguettes on prendre en prend une tranche, on la trempe dans la sauce soja puis on passe avec sur le sushi, ainsi celui-ci n’est si trop ni pas assez imbibé. Essayez la prochaine fois 😉 
  • En été il est conseillé de mettre une feuille de shiso ou une umeboshi dans les bento afin d’éliminer la prolifération des bactéries et de chopper une intoxication alimentaire. C’est pour cela que dans les magasins beaucoup de bento ont une petite umeboshi qui trône sur le riz, elle ne sert pas qu’a faire jolie ou qu’à raviver nos papilles.
  • Les portes d’entrée s’ouvrent vers l’extérieur alors qu’en Occident elles s’ouvrent vers l’interieur. La raison est assez logique quand on connait le mode de vie japonais. En effet, c’est tout simplement parce que les Japonais retirent leurs chaussures et en laissent toujours quelques paires dans l’entrée, le 玄関, ainsi ça ne genre pas l’ouverture de la porte !

pc190719

  • Les gravures sur les tuiles de temples représentent le symbole de l’eau, c’est un porte-bonheur pour les protéger contre les incendies car ils sont en bois.
  • Les écoles qui ont des uniformes en maternelle et en primaire sont jupes pour les filles et short pour les garçons, été comme hiver et sans manteau ! Juste l’écharpe est acceptée !
  • Pendant une auscultation, nous ne sommes jamais seul avec le médecin, peu importe sa spécialité, il y a toujours une infirmière dans la pièce, afin de voir s’il y a des gestes déplacés ou non. Quand je vois les cas d’attouchements sexuels et de viols par des médecins sur des patients je me dis que la France devrait faire de même.
  • Les Japonais ont une température inférieure à celle des Occidents. En effet leur température varie entre 35 et 36, s’ils ont 37.8 c’est qu’ils sont malades. Mon fils a hérité du gène japonais de ce cote, il a 35.6, du coup je suis tres vigilante quand il a un peu plus de 37℃. Comme je le racontais dans une anecdote dans un précédent article. Quand je suis allée à l’hôpital pour une petit opération, j’ai pris ma température avant de me préparer, et voyant que j’avais 37.5, l’infirmière m’a demandé si j’étais malade, alors je lui ai expliqué que les Occidentaux ont une température supérieure à celle des Japonais.
  • Ici la grossesse se compte sur 10 mois (40 semaines d’aménorrhée) et non 9 (41 semaines d’aménorrhée) comme en France car un mois de grossesse pour les Japonais se constitue de 4 semaines et non de 30-31 jours comme chez nous.
  • Les Japonais font la queue pour les restaurants et certains stands de nourriture.  Pour les restaurants, ça dépend desquels, soit on fait la queue soit on inscrire son nom sur une fiche à l’entrée, ainsi on ne perd pas sa place, on vaque à ses occupations et on revient voir de temps en temps combien de personnes il reste avant nous. Parfois ils peuvent même poiroter 2h! Chose qui est déjà arrivé à l’oncle de mon mari, il voulait acheter des Osaka Rusk. Les japonais se disent que s’il y a du monde, ça veut dire que c’est forcement bon, du coup ça ne les dérange pas d’attendre longtemps.
  • Pour aller chez le médecin, le jour-même il y a un système de réservation via internet / téléphone. Il y a deux systèmes, le premier on peut choisir son heure et arriver à l’heure choisie. Le second c’est la politique du premier arrivé, premier servi. Ainsi des que le système de réservation est ouvert, des 8h30 par exemple, il faut entrer son numéro de patient le plus vite possible, ensuite il faut régulièrement vérifier le nombre de personnes qu’il y a avant nous et quitter la maison quand c’est bientôt notre tour. C’est tellement pratique que de poiroter une heure dans une salle d’attente, la France devrait prendre exemple.
  • Pour les courses, il n’y a pas de grands caddies comme dans les supermarchés français. Ici on fait ses courses avec un panier. En effet, contrairement à nous Français qui avons l’habitude de faire nos cours pour la semaine, les Japonaises elles vont faire leurs courses pratiquement tous les jours. C’est une habitude que je n’ai pas adopté, j’y vais juste deux fois semaine.
  • Normalement se sont les animaux de compagnie tels que des lapins, des hamsters, des oiseaux que nous gardons en cage, mais Japon les chiens aussi! La première fois ça m’a fait un choc, je trouve ça si triste. Les chiens font donc leurs besoins sur des alèses, les Japonais de mon quartier ne sortent leur chien qu’une à deux fois par jour. Je sors la mienne 3-4 fois par jour, ce qui étonne toujours les Japonais qui entament la discussion lors de la promenade de l’après-midi. Mon mari avait insisté pour que nous prenions une cage pour notre chienne, certes c’était pratique quand elle  n’était pas encore propre, nous la y mettions la nuit et quand nous étions absent la journée. Maintenant elle a 4 ans et depuis qu’elle a 2 ans, je lui fais confiance et ne l’a met plus dans sa cage, mais elle reste ouverte, elle y a sa couverture, ses gamelles et ses jouets, c’est son petit coin.

 

Autres articles le Saviez-vous :

Le tri sélectif 

Billet de 2000 yens

Les machines à laver lavent à froid

Se déchausser au Japon

Mon quotidien japonais : janvier

Voila le premier mois de cette année 2017 touche déjà à sa fin. Personnellement je n’ai pas fais de résolutions car je sais que je n’en tiendrais aucune.Sinon la famille s’est agrandi, mon fils a une nouvelle cousine. A peine deux jours après sa naissance mon beau-père a dit au cousin de mon mari, l’heureux papa, qu’il faut maintenant penser à avoir un garçon et pourquoi pas un troisième. Sur le coup je me suis dis, « il est papa depuis seulement deux jours, laisse-le au moins découvrir ce que c’est avant de lui parler des deux suivants ». Honnêtement cette remarque ne m’a pas vraiment étonné. Puis j’ai une bonne nouvelle, les billets d’avion sont réservés, mon fils et moi seront en France tout le mois d’août, j’ai hâte ! Puis les dix derniers jours mon mari et ses parents nous rejoindront.

Pour le Shogatsu, le nouvel japonais, nous l’avons passé avec ma belle-famille et comme chaque année nous l’avons célébré exactement la même façon. Ainsi, je ne vais pas m’attarder la dessus car j’en parlé dans un autre article, alors si cela vous intéresse, cliquez Nouvel an 2014.

Ce mois-ci, pour faire plaisir a mon fils et surtout pour l’occuper malgré le froid, j’ai testé deux « Kids Museum » qui ne sont finalement que des salles de jeux. D’abord le Thomas Museum, Thomas Station à Osaka, une salle de jeux sur le thème du célèbre train bleu. Depuis l’automne dernier mon fils adore du coup je me suis dis que j’allais l’y emmener avant qu’il ne s’en lasse. C’était petit, il y avaient quelques manèges à l’effigie des personnages du dessin-animé et un coin jeux avec des trains et rails à gogo, mon fils a adoré. Puis le Anpanman Museum à Kobe qui est sur le thème d’un célèbre personnage de dessin-animé japonais ou tous les personnages ont des têtes en forme de pain. Mon fils a connu ce héro des tout petit à la garderie. C’est une grande salle de jeux dans l’univers du dessin-animé, des maisons, des toboggans, un coin pour regarder le spectacle et un coin atelier pour se fabriquer son masque Anpanman. Le Anpanman museum coûte tres cher, 1500 pour les adultes ET les enfants ! Faut y rester toute la journée pour rentabiliser son entrée. Même si mon fils s’y est bien amusé, je ne pense pas y retourner.

Après plus d’un an j’ai enfin rencontré Myriam, une copine française de Tokyo, nous nous sommes connu via Twitter et Instagram, comme quoi on peut faire de chouettes rencontres via les réseaux sociaux^^ Ce blog m’a aussi d’ailleurs permis de faire la connaissance d’expatriées françaises vivant également dans le Kansai et dont certaines sont devenues de très bonnes amies ! Myriam et son mari japonais sont de talentueux tatoueurs à Tokyo alors si vous êtes de passage dans la capitale nippone et que vous avez envie d’un souvenir inoubliable n’hésitez pas à les contacter. Voici leur page facebook, HeavyWeightTatto. Pour l’occasion de cette rencontre entre mama-toto comme disent les Japonaise (contraction de mama pour maman et de tomodachi qui signifie « ami »), nous sommes allées au château d’Osaka. Admirez ce magnifique ciel bleu de janvier, les Japonais disent qu’en hiver plus le ciel est éclairci et plus il fait froid, mais bon les températures ici n’égaleront jamais celles de mon Alsace natale et de ses températures négatives.

16443021_10211724659775894_1772477606_o

Le mois dernier j’ai oublié de vous raconter ce qui m’était arrivé. Un jour, avant d’aller au travail, je suis allée dans un magasin pour faire quelques emplettes. Dans l’ascenseur, je suis seule avec un homme, la trentaine peu être, il reste pres des boutons. En sortant j’ai l’impression qu’on me touche les fesses… une première! Même en France ça ne m’est jamais arrivé, je crois rêver. Surprise, je me retourne et alors que les portes se referment l’homme de l’ascenseur me fait « bye bye » avec un grand sourire. Je suis un peu perdue, tout s’est passé si vite. Je revois la scène en boucle, puis je me souviens. En effet, pendant que l’ascenseur montait, j’avais cru l’entendre dire « ii manko da wa« , sur le coup je pensais avoir mal entendu, finalement non… Ce qu’il a osé dire « manko » est juste le mot le plus vulgaire pour décrire le sexe féminin. Toute la journée, je n’avais qu’une envie, c’était de rentrer chez moi et de prendre une douche.

Cet épisode m’a bien remué et depuis je fais attention. Certes j’aurai pu lui mettre une baffe, mais bon quand on ne s’y attend pas… puis en n’ayant déjà pas de repartie en français, je n’aurai pas su quoi lui dire en japonais. Mes amies Japonaises m’ont dit que la prochaine fois, il faudra lui chopper la main en criant « chikan », ce qui signifie pervers, et le mener jusqu’au responsable le plus proche (responsable de magasin, agent de gare, commissariat s’il y en a un proche). Quand j’en ai parlé à mon mari il m’a simplement dit « Ça va, tu es tombé sur un pervers, mais il t’a juste touché les fesses, il n’avait pas de couteau et ne t’a pas violé ». Réaction qui m’a bien déçu. Même s’il ne m’a touché que les fesses, cela reste un geste déplacé. On ne touche pas des inconnues comme ça. A présent je comprends mieux les wagons « women only ».

chikan-beware

La chasse a la baleine a Taiji

15239423_10211058699047292_1176298532_n

En Novembre dernier, lors d’un weekend dans la préfecture de Wakayama avec ma belle-famille, nous sommes allés au musée de la baleine à Taiji. Je n’avais jamais entendu parler de ce musée, mais le nom de Taiji me disait quelque chose. A coté il y avait aussi un aquarium pour les dauphins et la baie ou se trouvaient des baleines. Nous avons assisté aux show en premier, celui des baleines dans la baie, mes neveux et nièces ont même pu leur donner quelques poissons à manger. L’aquarium du dauphin quant à lui était très petit. Ces shows n’étaient pas grandioses, mais c’était la première fois que je voyais ce genre de baleines.

Puis nous sommes entrée dans le musée et là j’ai compris. Taiji, la baie de la mort, cette baie ou chaque année des millier de dauphins sont massacrés. C’est ma belle-mère qui avait planifié ce weekend en famille, je ne m’attendais pas à me retrouver là… Le musée retrace l’histoire de la chasse à la baleine via des maquettes, des images, des organes de baleines et de dauphins conservés dans des bocaux, puis le pire pour moi fut de voir des cadavres de fœtus, probablement retirés du ventre de leurs mères après qu’elles aient été tuées. Certes, voir des cerveaux et des cœurs de baleines c’est impressionnant par leur taille, ça fait partie de la science, de l’étude de ces mammifères, mais voir des fœtus à différents stades de grossesse, ça m’a fait mal au cœur et m’a mis encore plus mal à l’aise (je n’ai pas pris de photos).

C’est étrange, cet endroit est à la fois tristement connu pour ses actes de barbaries, mais à cause de la barrière médiatique, il est aussi méconnu, non seulement des Japonais eux-mêmes, mais aussi des étrangers qui se disent passionnés du Japon. C’est pourquoi je me suis dis que j’allais en profiter pour en faire un article. Alors, j’ai pris mon courage à deux mains pour enfin regarder le film documentaire sur Taiji réalisé par Richard O’Barry en 2009, nommé La baie de la honte (The Cove). Dès sa sortie j’en avais entendu parlé, j’ai appris beaucoup de choses dans ce films, c’était très intéressant, mais au fil des minutes qui défilaient je redoutais la scène fatidique qui montrerait le bain de sang des dauphins.

207183.jpg

Afin d’informer, je vais vous présenter certains points abordés dans le film tout en complétant avec des informations récentes obtenues par une bénévole de l’association Sea Sheperd. J’espère en tout cas que cet article vous donnera envie de plus vous renseigner sur cette pratique inhumaine.

Tout d’abord sachez que Taiji est le premier fournisseur au monde de dauphins pour les parcs aquatiques, industrie financée par les delphinarium américains tel que Sea Marineland. Chaque année 1800 à 2000 dauphins et petites baleines y sont abattus, malheureusement depuis le film peu de choses ont changés. D’abord ils encerclent les dauphins pour les rapprocher de la cote, les parquent dans le lagon, les dresseurs de dauphins viennent sélectionner les plus belles bêtes pour les envoyer dans les aquariums et les autres sont emmenés à l’abri des regards pour se faire massacrer dans d’horribles souffrances. Dans le film, ils osent dire qu’ils ont amélioré la mort des animaux avec un couteau passant par la colonne vertébrale et qui tue l’animal sur le champs sans douleurs, alors qu’en fait ils se font massacrer à coup de harpon jusqu’à la mort. J’ai appris que les dauphins pouvaient se suicider, en s’asphyxiant. C’est d’ailleurs ce qu’à fait un dauphin en sang qui s’est enfui de la baie, il a pris une dernière inspiration et s’est laissé couler plutôt que de mourir sous d’autres coups supplémentaires. Cette scène m’a donné les larmes aux yeux. Même les animaux préfèrent se donner la mort plutôt que de souffrir.

Le film met également en avant un problème d’empoisonnement au mercure du à la consommation de viande de dauphin. On le sait, les poissons contiennent du mercure, plus le poisson est petit plus son taux est faible, mais plus il y est gros et plus son taux est élevée. Ainsi, la viande de dauphin peut contenir 5 à 10 fois plus de mercure que le maximum autorisé. Cette toxicité cause autant de problèmes chez le dauphin que chez l’homme, une consommation régulièrement peut avoir de graves répercussions! Le pire c’est qu’avant cette découverte, de la viande de dauphin étaient gratuitement distribuée dans toutes les cantines du pays ! Vous imaginez ?! J’espère qu’ils suivent réellement cette interdiction. Quoique quand on sait que parfois de la viande de dauphin est vendue à la place de baleine seine, il y a de quoi douter. Le consommateur est complètement dans l’ignorance et s’empoissonne dans le savoir. C’est de la négligence et de l’irresponsabilité de la part du gouvernement! Il y a 3-4 ans, j’ai mangé sans le savoir de la viande de baleine en tenpura (friture), mon beau-père voulait me faire goûter a l’aveugle, j’ai été choqué d’apprendre que je venais d’en manger, ça ne me serait jamais venu en tête et je n’en avais encore jamais vu aux menus de restaurants et en magasin. De part mon expérience, je peux vous dire que cette viande n’a rien de spéciale gustativement parlant.

En 1986 la CBI (Commission Baleinière Internationale) a interdit le commerce des baleines, mais un an plus tard le Japon a repris la chasse sous prétexte de recherches scientifiques. Ils insinuent même que les dauphins sont des nuisibles et causent des répercutions sur leur pêche alors que c’est eux qui contrôle le marché mondial du poisson, qui pêchent trop, sont sur leur réserve et donc se rabattent sur les baleines. Les associations protectrices des cétacés ne comptent pas les dauphins dans les baleines à protéger de part leur « petite » taille. Les Japonais essayent de légitimer des pratiques que le reste du monde rejette et n’hésitent pas à « soudoyer » certains pays pauvres en échangent de leur vote. L’argent prime à nouveau, au diable les états-d’âmes et la souffrances des animaux. Les dauphins sont de magnifiques animaux, amicaux et intelligent, pourquoi les Hommes peuvent être si cruels et destructeurs? On a beau savoir les choses, on se sent impuissant, on voudrait agir, mais comment ? Le Japon ne s’arrêtera pas, et s’il le fait cela prendra des années…

Cet article été planifié pour dans un mois, mais vu l’actualité récente, j’ai décidé de le publier plus tôt. En effet, le 15 janvier un navire japonais a été pris sur le fait avec une baleine morte a son bord alors que la pêche en Antarctique est interdite. Article ici.

Owl Café

Le mois dernier j’ai testé un Owl café, soit un café à chouettes, la nouvelle « mode » après les Neko Café, café à chats (il existe aussi des café à reptiles pour ceux que ça intéressent). Je suis allée au Café Lucky Owl à Osaka dans le quartier de Nipponbashi. Vu la popularité du lieu, j’ai téléphoné pour réserver une heure car en cas de monde il faut attendre dehors. Le tarif est de 1500 yens pour 1h (12€) comprenant une boisson ainsi que l’accès aux chouettes. Même mon fils de 2 ans a du payer ce tarif, sans quoi il n’aurait pas pu entrer avec moi dans l’espace des chouettes, ça fait cher pour un petit. Comme au Neko Café, il y a aussi des règles à suivre comme se désinfecter les mains avant d’approcher les chouettes, de ne les caresser que sur les bec pour éviter de les stresser en les caressant sur la tête ou dans le dos. Les chouettes sont dans un espace vitré et sont toutes attachées… contrairement aux neko café ou les chats se baladaient librement dans la pièce.

PC260987.jpg

En discutant avec un membre du personnel j’ai appris qu’on Japon c’est tout à fait légal d’avoir des chouettes comme animaux domestiques et que par conséquent les chouettes du café sont toutes en vente. Elle se nourrissent principalement de souris et de poussins. Les grandes chouettes pouvant en manger jusqu’à 5 par jour ! Apparemment les chouettes sont très affectives et adorent l’eau. Il y a plusieurs races, des petits qui ont en fait 3 ans et des grandes qui n’ont que 10 mois et n’ont pas encore fini leur croissance. Les chouettes proviennent d’élevages, certaines arrivent ici quand elles n’ont que 6 mois, c’est si triste de se dire qu’elles n’ont rien connu d’autre que leur lieu de naissance / élevage et ce café. J’ai demandé s’ils leur arrivaient de sortir les chouettes pour qu’elles puissent prendre l’air et se dégourdir les ailes, on m’a répondu que oui (véridique?), mais pas en hiver car les chouettes peuvent attraper la grippe. 

Dans l’espace des chouettes, une personne du staff est toujours présente et il est possible de prendre une chouette sur son bras (cette photo sera probablement la seule ou vous verrez mon visage^^)

PC260942.jpg

Cette chouette n’a que 10 mois, elle était en période d’adaptation car elle est arrivée il y a 2 mois, du coup on ne devait ni la caresser ni trop s’approcher afin d’éviter de la stresser.

PC260906.jpg

Pour les jeunes enfants, le personnel proposent de leur faire caresser cette petit chouette de 3 ans qui est de nature tres calme. Ils l’ont mis sur la tête de mon fils et il a pu la caresser pour son plus grand plaisir. Il adore les animaux et veut toujours les caresser des qu’il en voit. 

PC260979.jpg

Pour conclure, j’ai trouvé que c’était sympa comme expérience de pouvoir les approcher et les toucher, mais triste de les voir attachées. Ce n’est pas une expérience que je renouvellerai, ne cautionnant pas ce genre de lieux ça ne m’intéressait pas, j’y suis surtout allée pour mon frère de 16 ans qui voulait voir le cote insolite du Japon. Cette expérience lui a beaucoup plu.

Mon petit quotidien japonais : Décembre

Décembre fut un mois bien rempli. Les deux premières semaines j’étais occupée à faire le grand ménage du nouvel an et à préparer noël (décorations, cadeaux, cartes, etc) ainsi que l’arrivée de ma mère et de mon frère. Comme chaque année j’ai fais mes bredeles alsaciens (photo ici pour les gourmands^^). Pour la première fois j’ai célébré la fête suédoise Sainte Lucie ou avec des amies, nous avons décoré une maison en pain d’épices et fait des sortes de brioches au safran, très parfumées et délicieuses. A la garderie de mon fils, sa classe a fait un petit concert de noël de trois chansons et pour chaque chanson les enfants avaient un instrument différent, c’était très mignon^^ Un bon souvenir vidéo !

Puis ma mère et mon petit frère sont arrivés, mais avec un jour de retard ! Leur vol Bâle-Paris s’était bien passé, mais quand leur avion pour Osaka roulait pour prendre son envol un des réacteurs a soudainement explosé, fumée et flammes à volonté, le pilote a freiné net ! L’avion est bon pour la casse. Du coup tous les passagers ont eu leur vol reporté au lendemain et ont donc du passer la nuit à l’hôtel. De ce fait ils sont arrivés le 18 à 5h du matin au lieu du 17, c’est pas grand chose, mais nous avons quand même perdu un jour ensemble. Le jour de leur arrivée, malgré la joie de les revoir je m’étais tellement inquiétée avec cette histoire d’avion que je me suis rendue malade. J’avais mal au ventre, je vomissais, je ne pouvais rien manger, je suis restée allongée toute la journée car dès que je me levais j’avais encore envie de vomir. Mais bon plus de peur que de mal comme on dit, le lendemain je pétais la forme! 

Comme c’était le quatrième séjour de ma mère, elle a déjà pas mal visité le Kansai, alors pour un peu de nouveauté nous sommes allées à Arashiyama et à Himeji. Nous avons d’ailleurs été un peu déçues du château car il n’y a strictement rien dedans ! Nous avons payé 1000 yens (8 euros) pour seulement monter tout en haut du château en nous gelant les pieds car il fallait retirer nos chaussures. Il parait qu’avant sa rénovation il y avaient des armures, que c’était un genre de musée, mais maintenant il n’y a plus rien, la magnifique vue extérieure du château suffit amplement !

Puis pour cette première fois au Japon pour mon frère de 16 ans qui aime les mangas et voulait voir de l’insolite, nous sommes aussi allés à Nara, mon fils a d’ailleurs a-do-ré, c’était trop chou de voir son visage s’émerveiller en touchant et donnant à manger aux daims. Nous sommes aussi allés à Osaka au temple Namba Yasaka jinja, à la boutique spéciale One piece, au centre Pokemon et nous avons aussi testé un Owl Café (oui après les neko café (chat), c’est maintenant la mode des cafés à chouettes). J’y consacrerai un article pour vous en parler plus en détail. Sinon nous avons passé un bon noël à la maison, à la française comme à chaque année, et mon fils a été bien gâté, la valise de ma mère a servi de hôtte du père-noël car ma famille en a profité pour lui passer tous leur cadeaux. J’espère que vous aussi vous avez passé un bon réveillon de Noel. 

Puis, ce matin nous avons déposé ma mère et mon frère à l’aéroport International d’Osaka. Étonnamment, cette fois-ci pas de larmes pour notre au revoir, à croire que nous progressons, à moins que ça ne soit parce que nous savons quand nous nous reverrons, c’est à dire en août 2017. J’ai tellement hâte ! Je suis contente que ma mère et mon fils aient pu passer du temps ensemble, car la dernière fois c’était il y a un an. Ces deux semaines seront passées très vite… Le temps en famille est si précieux! Profitez de vos proches tant qu’ils sont près de vous.

Bonne et heureuse année 2017 ! Que cette année du Coq vous apporte tout ce que vous voulez et vous permette de réaliser vos rêves.

Noel au Japon

S’il y a bien un moment de l’année ou la France me manque le plus, c’est bien la période de Noel, des fêtes de fin d’année en famille. L’esprit de Noël, cette ambiance si particulière qui règne au mois de décembre et les jolis marchés de Noël de mon Alsace adorée me manquent terriblement. Etant loin des miens, c’est important pour moi de faire perdurer cette tradition et de la fêter tel qu’il se doit. Ainsi, chaque année je décore l’intérieur et l’extérieure de ma maison, je fais mes brioches mannala pour la St Nicolas et surtout je fais mes bredeles alsaciens que j’ai l’habitude de faire depuis que je suis enfant et auxquels je suis si attachée. 

15369075_10211220707497402_1894597194421357489_o

Noel n’est pas une coutume japonaise. Certaines familles le fêtent quand ils ont de jeunes enfants. Par contre, en famille les cadeaux ne se limitent qu’aux enfants. Pour les jeunes couple, Noel est plutôt synonyme de notre St Valentin, ainsi ils sortent dîner, resto, cadeaux, hôtel, la totale. Cote décorations, se sont les centres commerciaux qui en font les plus avec d’immenses sapins trônant à l’entrée. Dans les rues il n’y a pas d’illuminations ou de décorations, mais dans les magasins les musiques de noël tournent en boucles, nous rappelant ainsi que Noel approche. Sinon certaines villes proposent des illuminations, comme le festival des Luminarie de Kobe qui dure une semaine, ou des light up au château d’Osaka, ou des projections sur les bâtiments. Par contre, ce genre d’illuminations n’a pas lieu tous les soirs, donc il vaut mieux se renseigner. Depuis quelques années à Osaka il y a un petit marche de noël allemand. Par nostalgie, je vais toujours y faire un tour. Bretzel, pain d’épices, jambon, saucisse, et bien sur vin chaud sont au rendez-vous, mais attention à vos portes-monnaie car ce n’est pas donné, par exemple 6 euros pour un verre de vin chaud ! 

Vitrines de Noel de centre commercial Hankyu (désolé pour les reflets ><)

Dans les boites aux lettres, les pubs pour pré-commander des christmas cake s’accumulent. Alors qu’en France on est plutôt bûche de noël voire vacherin glacé,  ici on trouve plus de gâteaux ronds que des bûches. L’expression « gâteaux de Noel » me semble toujours si fausse, maladroite, car pour moi ça se réfère plutôt à des biscuits. D’habitude je n’achète rien en dessert pour le réveillon, mais comme cette année ma mère et mon frère seront parmi nous, j’ai décidé de quand même commander, mais attention j’ai choisi une bûche!Pour rester dans la catégorie alimentation, pas mal de Japonais commandent leur dîner de noël au KFC… oui un fast food, pourquoi? Eh bien parce que pour eux, repas de noël rime avec dinde / poulet. Ils proposent des menus spécial noël, il y a plusieurs formats, en voici un exemple. Cela vous donne-t-il envie ? 

sans-titre-1

Alors que le 25 est un jour férié en France, ici c’est un jour comme les autres. Les magasins sont ouverts, les Japonais sont au travail et les enfants à l’école. En ce lendemain de Noel les décorations ont déjà disparues, comme si ne s’était passé. Maintenant, place au nouvel an, l’année du Coq arrive ! 

Je vous souhaite à tous de passer un joyeux noël en famille qu’un bon réveillon du nouvel an! Que cette année du Coq vous apporte tous ce que vous désirez ! 

Adventure World

 

Adventure World est un parc à thème situé dans la préfecture de Wakayama, à Shirahama. Il est notamment connu pour ses pandas géants, mais attention ce sont des pandas chinois ! Le parc les a « emprunté », ça fait bizarre d’utiliser ce mot pour parler d’animaux… Néanmoins ce parc élève une grande famille de pandas en captivité, ils sont tres concernés quant à leur reproduction afin de protéger cette espèce, qui rappelons-le, est en voie d’extinction. D’ailleurs le 18 septembre 2016 un bébé panda est né, une petite femelle, et comme à chaque naissance de panda c’est un événement. Ainsi nous avons pu aperçu cette adorable petite boule de poil qui a beaucoup changé en deux mois et demi.

15401262_10211157247630945_1718800758_n

Le parc se divise en plusieurs zones, le pays des pandas, le monde marin, le royaume des pingouins, le safari, le musée des animaux aquatiques, la zone Enjoy World ou on peut monter ou toucher certains animaux et la zone « foire » avec plusieurs attractions. Le parc est grand et l’avantage c’est qu’il y a des indications sur le sol pour indiquer le chemin pour chaque zone.

Nous avons assisté au show des dauphins et des baleines qui était de loin le meilleur show que j’avais vu jusqu’à présent ! Les petits de 2 ans étaient aussi captivés que les adultes. A chaque fois que je vois un show de ce genre je suis impressionnée, mais je me pose aussi des questions sur les conditions d’entraînements des dauphins, ou d’autres animaux selon le spectacle. On entend tellement de choses à ce sujet, du coup à chaque show l’amoureuse des animaux que je suis ne peut s’empêcher d’y pense…

15357072_10211157247750948_2120363352_n

Nous avons également fait le safari. On peut le faire en bus, en voiturette individuelle ou à pied, selon ses goûts. Nous (les 13 membres de ma belle-famille et moi) avons pris le bus. L’entrée de la zone safari m’a fait penser à l’entrée de Jurassic Park, vous vous en souvenez? A l’interieur les animaux sont derrière des clôtures, mais ils ont beaucoup d’espace comparé au vieux zoo de Kobe. Concernant les animaux carnivores, ils sont dans une enceinte sécurisée à l’intérieure même de la zone safari. Lors de sa visite, nous avons eu la surprise de croiser un léopard en « liberté », il se baladait tranquillement et n’a prêté aucune attention au bus.

Pour circuler dans le parc, on peut louer des poussettes ou des karts en forme d’animaux pour les enfants. Pour notre fils nous lui avons pris un kart panda pour son plus grand plaisir. Depuis la première fois qu’il a vu des pandas au zoo, il en est devenu fan et ne lâche plus sa peluche panda ! Il y a pas mal de boutiques souvenirs et quelques restaurants. Le parc est accessible en voiture et en cars. C’est vraiment un chouette endroit à faire avec ses enfants, je le recommande pleinement si vous êtes en séjour à Wakayama.

Mon quotidien japonais : Novembre

Ce mois-ci j’ai fait pas mal de sorties. Une petite virée à Kobe avec une amie et surtout sans mon fils! Ça faisait vraiment du bien de pouvoir prendre son temps sans avoir à lui courir après. J’ai aussi vu des amies qui ont des enfants du même age que le mien. Ensemble nous avons passée la journée au jardin des plantes de Kobe suivit d’une petite randonnée pour regagner la ville au lieu de reprendre le téléphérique pour descendre. Ce jour-la il faisait beau et bon, les petits ont tous bien marché, c’était une agréable sortie mères / fils.

14997029_10210898438280873_58184654_n.jpg

Je suis aussi partie en weekend de trois jours dans la préfecture de Wakayama avec ma belle-famille. Nous sommes allés au temple Kumano, à la célèbre cascade de Nachi, au musée de la baleine et à Adventure World. Je compte rédiger un article pour mieux présenter chacun des trois derniers sites cités. Malheureusement vu l’été indien qui se prolonge les érables japonais ont pris un peu de retard niveau rougeoiement. Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire de belles photos de momiji digne de ce nom. 

Petite anecdote du séjour. Roulant à travers la préfecture de Wakayama, nous avons vu beaucoup de champs de clémentines et de ume (prunes). C’était la première fois que je voyais des arbres à clémentines. Leur couleur oranges donnaient du peps aux montagnes vertes environnantes. A l’hôtel, parmi les plats du dîner tres copieux que nous avions eu, il y avait une umeboshi (prune acidulée). Elle était bien rose et sa peau était toute lisse. Adorant les umeboshi, je la gobe d’un coup, et fut ravie qu’elle soit si bonne et surtout sucrée ! Puis le lendemain pour le petit déjeuner traditionnel japonais (manger du riz, du poisson, de la soupe miso des le matin ce n’est vraiment pas mon truc..), il y avait également une umeboshi, mais plus petite et avec la peau fripée. Vu son apparence, je me dis que c’était louche, du coup par précaution, je n’en prends qu’un petit peu en bouche. Et j’ai eu raison ! Elle était extrêmement acide ! Je n’avais jamais mangé d’umeboshi aussi acide que celle-ci, cela n’empêchait pas qu’elle soit bonne, mais elle nous a valu à tous de faire de belles grimaces lors de sa dégustation, c’était comique ! Ça ne m’étonnerait que cette petite umeboshi soit la principalement pour bien réveiller les clients le matin^^

Puis sinon Noel approche doucement, les décorations en ville et des magasins ont fait leur apparition des le 1er novembre. Par contre vu les températures que nous avons, entre 18 et 13 on a tendance à vite oublier que c’est bientôt Noel, heureusement que les musiques des magasins nous le rappelle ! Même si au Japon Noel n’a ni la même ambiance ni la même symbolique que chez nous, j’aime beaucoup cette période de l’année, d’autant plus que le mois prochain ma mère et mon petit frère seront avec nous pour les fêtes de fin d’année!J’ai hâte ! Avant qu’ils n’arrivent j’aimerai finir ma course aux cadeaux, elle prend fin doucement et j’aimerai aussi finir de préparer les nengajo (les cartes du nouvel an) que je fais moi-même chaque année. En attendant je décore la maison petit a petit, j’ai aussi fait des déco en sapin et bien sur, comme chaque année, je compte faire mes bredeles (petits fours alsaciens) de noël ! 

Itsukushima jinja

Itsukushima jinja est un sanctuaire shinto qui a été construit il y a plus de 1400 ans. Il se situe sur l’île de Miyajima, dans la préfecture d’Hiroshima et qui est accessible par ferry. Comme beaucoup de sanctuaires shinto, il est rouge afin d’éloigner les démons. Ce site est inscrit au patrimoine mondiale de l’Unesco depuis 1996. C’est une île dite sacrée, de ce fait il est interdit d’y naître, d’y mourir ou d’abattre un de ses arbres. Ce sanctuaire est particulièrement connu car il est sur pilotis et semble flotter sur la mer ainsi que son toori flottant qui est accessible à pieds à marée basse. De part sa beauté, son ambiance et son caractère sacré, beaucoup de couple viennent s’y marier pour une cérémonie japonaise traditionnelle. Une autre de ses particularité est que comme à Nara, des daims se baladent librement à proximité du sanctuaire et sur le Mont Misen qui est réputé pour ses érables rouges en automne. (article sur Miyajima ici)

Le soir, il est également possible de faire un tour en bateau pour approcher le grand toori et passer en dessous de celui-ci. Quand on est à ses pieds, on se rend compte à quel point il est immense, c’est impressionnant ! Près du temple il y a une partie « vieille ville » ou on peut y trouver quelques boutiques traditionnelles que se soit pour des souvenirs ou pour des goûter à la spécialité locale, que sont les momiji manju, des gâteaux fourrés à la pâte d’haricots rouges et en forme de feuille d’érable.

12233113_10207828848903057_801814764_n12204686_10207828849343068_1593033817_n

12231382_10207828849703077_676345641_n

12226402_10207828858503297_946040187_n