Accoucher au Japon

C’est donc avec deux semaines d’avance que nous avons accueilli notre petit garçon pesant 3.140 kg et mesurant 48.9 cm. Récemment il vient déjà d’avoir un mois, le temps passe si vite. C’est un adorable bébé, gracieux, calme, qui pleure rarement et dort beaucoup. Coté prénom, nous lui en avons donné deux, un japonais et un français, mais j’espère que vous comprendrez que je ne souhaite pas les dévoiler sur le net. Comme dit, il est métisse, les Français disent qu’il ressemble à son père alors que les Japonais disent qu’il me ressemble car il a de grands yeux en amande et que son visage n’est pas « plat ». Personnellement, je ne saurai dire à qui il ressemble, en grandissant il va encore beaucoup changer. Pour l’instant, je me contente d’être une maman oya-baka (gaga) de son petit ange ❤

20140827_103637

Pendant l’accouchement

J’ai perdu les eaux à 2h du matin, je m’étais réveillé pour aller aux toilettes, et avant que je parvienne à me lever j’ai senti comme un ballon de baudruche qui éclatait dans mon ventre. Ça faisait vraiment bizarre comme sensation, du coup j’ai couru dans la douche pour attendre que « ça passe ». Mon mari a prévenu la maternité de notre arrivée, nous y sommes arrivé une heure plus tard, mon mari est rentre dormir. Vers 6h j’ai eu mes premières contractions, j’avais tellement mal que je n’arrivais pas à manger alors que j’avais faim. Mon mari et ma mère m’ont rejoint vers 9h. Pendant les contractions, sous monitoring on est dans une salle à cote de la salle de travail ou il y a trois lits séparés par des rideaux, on a droit à la présence de maximum deux personnes, en l’occurrence ma mère et mon mari et dans la salle d’accouchement seul le père a le droit d’être présent. Comme c’était un dimanche mon mari était là. D’ailleurs j’étais étonnée qu’il ne porte ni blouse ni charlotte sur la tête. Je suis vraiment contente qu’il ai pu m’épauler pendant mon accouchement, il m’encourageait, m’aider et me donnait aussi à boire et à manger. La sage-femme m’a dit que j’étais chanceuse que mon mari soit là car beaucoup de femmes accouchent seules. Je n’aurai pas imaginé accoucher seule. Accoucher d’un bébé est le plus beau cadeau qu’une femme puisse faire à son époux alors je pense que l’accompagner et l’encourager est la moindre des choses. Ça me rappelle qu’on Japon on dit que l’accouchement c’est une affaire de femmes, certes mais cela ne veut pas dire exclure le mari. Je suis entrée dans la salle d’accouchement vers 11h et bébé est sorti à 15h33, autant dire que j’étais crevée. Une fois l’accouchement terminé et qu’on ait fini mes soins et les siens, on me le remet vêtu d’une sorte de long kimono et d’un bonnet donc pas de peau à peau avec bébé. Notre rencontre ne dura pas longtemps, juste le temps que la sage-femme fasse quelques photos de nous, entrer les grands-parents et que bébé prenne une première tétée. Concernant la césarienne, j’ai cru comprendre que les Japonais évitent de la faire afin de préserver le corps de la femme car non seulement c’est une opération, mais apparemment si on accouche une fois par césarienne, il faudra aussi en faire une à l’accouchement suivant. Dans mon hôpital j’ai également remarqué qu’accoucher par césarienne coûte moins cher que d’accoucher naturellement. Par contre, la péridurale ne se fait pas beaucoup, cela dépend des cliniques / hôpitaux, dans mon cas je n’ai pas eu le choix, j’ai accoucher naturellement. Certes c’est extrêmement douloureux et indescriptible, mais c’est tout à fait faisable !

Pendant le séjour à l’hôpital

L’hospitalisation dure cinq jours, qu’on soit en chambre collective de quatre personnes ou individuelle, on a notre bébé avec nous des le lendemain de l’accouchement, on nous apprend à lui donner le bain, on a un cours sur comment se passent les premières semaines de la vie de maman avec bébé et si on allaite, les sage-femmes vérifient qu’on a assez de lait. Tous les jours il fallait écrire à quelles heures on allaitait, quand on changeait les couches et les sage-femmes venaient souvent nous voir, notamment nous réveiller la nuit pour la tétée. Puis tous les matins à 9h il fallait amener bébé à la pouponnière pour qu’il ait son examen hebdomadaire donc j’en profitais pour petit-déjeuner et pour prendre ma douche. J’ai remarqué qu’on ne met ni chaussettes ni bonnet ni gants aux bébés. Les infirmières disent que c’est mieux que le bébé ait un contact direct avec ce qui l’entoure et que s’il se griffe ce n’est pas grave car sa peau, certes fragile, guérit vite. J’ai trouvé qu’on était bien entouré par le personnel. La veille de la sortie d’hôpital on a droit à un repas spécial « félicitation » qui est bien plus copieux que ceux de d’habitude. Pour la sortie, nous avions le cozy, il semblait si petit dedans qu’on a du le caler avec une couverture. Sinon je voyais des couples rentrer avec un couffin et d’autres avaient simplement le bébé dans les bras, même dans le taxi, niveau sécurité, il vaut mieux rouler prudemment.

Retour à la maison

Au Japon, après avoir accouché la femme retourne chez ses parents pendant environ un mois afin que sa mère l’aide et qu’elle puisse se reposer. Au début, je trouvais ça dommage « d’exclure » le père des premiers jours de bébé, mais maintenant j’ai compris pourquoi. En effet, bien que le congé paternel existe depuis peu au Japon, il a du mal à entrer dans les mœurs ce qui fait que très peu de pères se permettent d’en profiter et continuent donc de travailler en rentrant tard le soir. C’est pourquoi je suis vraiment contente que ma mère soit venue pendant un mois, car elle m’a non seulement aidé et appris des choses sur comment s’occuper d’un bébé, mais elle m’a aussi relayé à la maison pour que je puisse me reposer correctement. De plus, il est conseillé de ne pas sortir bébé avant son examen des un mois et surtout d’éviter la foule (trains et centres commerciaux).

Publicités

21 commentaires sur “Accoucher au Japon

Ajouter un commentaire

  1. Félicitations !
    Je suis au 6ème mois de grossesse (à la japonaise) et je me demandais justement comment ça se passe à l’accouchement.
    Étant donné que je vais chez un gynéco pour les consultations (et non l’hôpital) j’accoucherai sûrement à sa clinique (le prix étant le même)… Mais au Japon c’est accouchement naturel, sans peridurale ! Et comme vous dites les papas sont peu présents, j’espère avoir la meme chance et qu’il soit présent (tellement plus rassurant, surtout dans un pays étranger).
    Ça doit être aussi rassurant que l’hospitalisation dure cinq jours, histoire de ne pas être lâchée dans la nature sans conseil oO lol
    En tout cas toutes mes félicitations et que du bonheur avec ce petit bout ! =)

    J'aime

  2. Je trouve que la prise en charge à la maternité ressemble beaucoup à celle en France. Pour le après, même si le papa est là je trouve très agréable d’avoir sa maman proche de soi. J’ai eu deux accouchements. L’un sans ma maman et l’autre avec. Eh beh le avec c’est mieux. On se sent plus sereine et apaisée.
    En tout cas bravo. Être maman ce n’est pas forcément évident et ça change toute une vie. Félicitations pour ce bébé en pleine forme 🙂

    J'aime

    1. Merci 🙂
      Oui c’était agréable que ma mère soit la pour l’accouchement, après tout elle est aussi passée par la et c’est son premier petit-enfant^^ En France aussi seul le mari peut accompagner en salle d’accouchement ?

      J'aime

      1. Oui c’est pareil. La première fois, c’est mon beau père qui s’est fait refouler de la salle lol (mais je me sentais pas qu’il vienne de toute manière). La deuxième fois ma mère a attendu le temps de pousser (15 min à tout casser… J’ai accouché en 1h15 avec 3/4 d’heure de trajet), elle est rentrée de suite après avoir entendu les premiers cris du bébé. Les sages femmes ont été super.

        J'aime

  3. Hello et félicitations pour ce bébé !

    Moi je trouve qu’il y a quand même des différences ! J’ai un petit garçon de 14 mois donc je me permets de donner les différences que j’ai observées…
    D’abord interdiction de manger et boire pendant la durée de l’accouchement. Je n’avais pas mangé ni bu depuis la veille au soir et n’ai accouché qu’à midi 25 donc ça a été très dur pour moi. Mon mari n’avait le droit que de me vaporiser de l’eau dans la bouche ce qui était très insuffisant. C’était peut-être dû à la péridurale que j’ai eue (mais qui ne faisait plus effet depuis 1h30 quand j’ai accouché… mais au moins, ça m’a soulagée quelques heures avant d’accoucher et m’a permis de me reposer). Pas de cordon ombilical de mon côté. On devait me le prélever pour donner le sang du cordon mais ils ont oublié malgré tous les papiers que j’avais remplis pour…

    Ensuite dans ma maternité, on ne lave le bébé que le lendemain car le produit qui recouvre sa peau (j’ai oublié le nom désolé) protège également sa peau. On ne le mesure qu’à la sortie de la maternité pour ne pas le « déplier » dès sa naissance de manière agressive. Ensuite peau à peau pendant 2h pour que le bébé reste dans la chaleur de sa maman. Puis on l’habille en lui mettant un bonnet et un pyjama avec pieds car il se refroidit vite… Mais pas de gants car le toucher est son sens le plus développé.

    En revanche, ce qui me surprend, c’est que tu dis que tu as ton bébé dès le lendemain de l’accouchement… Ca veut dire que tu ne l’avais pas le premier jour ???? Je n’aurais pas supporté qu’on me l’enlève… Il est resté avec moi tout le long. Le premier jour, on nous apprend à changer les couches. Le deuxième, à donner un bain. Le troisième, à masser son bébé. Puis on peut sortir le quatrième jour si tout va bien et que bébé n’a pas perdu trop de poids.

    J’ai eu beaucoup de chance parce que mon mari est resté les quatre jours et trois nuits avec moi à l’hôpital et il m’a sauvée (surtout la première nuit car je ne pouvais pas marcher tant je souffrais).

    En Asie, on demande aux mamans de ne pas sortir le premier mois alors qu’ici, ce n’est pas du tout pareil ! J’ai accouché fin juin et on lui a fait prendre l’air dès le lendemain de notre retour de l’hôpital car il faisait beau et chaud (mais on l’avait quand même couvert). On nous dit qu’au contraire, c’est bon qu’il prenne l’air et ne reste pas enfermé. Je ne sais pas si j’aurais fait cela si j’avais accouché en plein hiver cependant ou s’il avait plu… Enfin, les congés paternités sont très appréciables ici. Mon mari a pu prendre 15 jours puis est retourné travailler 3 semaines avant de partir en vacances pour 3 semaines pour le mois d’août. Donc j’ai été bien aidée. Tant mieux. Je préférais que ce soit lui que ma maman (que j’adore mais qui n’a plus l’âge de s’occuper d’un nouveau-né)…

    Merci de ton article en tout cas, il était très intéressant ! Plein de bonheur à vous trois !

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ce témoignage.

      Justement ma mère avait été surprise que j’ai le droit de manger et boire pendant l’accouchement. Je n’avais pas faim mais les sache-femmes disaient que c’est pour garder des forces, alors entre deux contractions mon mari me faisait boire a la paille ou me donner des morceaux de brioche.

      Je n’ai pas pu faire de peau a peau avec mon bébé. Elles l’ont habillé d’une sorte de robe porte-feuille ou kimono pour bébé et lui mettant un bonnet seulement le jour de sa naissance, et encore je ne l’ai eu dans les bras qu’environ 20min, le temps que la sache-femme nous prenne en photo.
      Dans la chambre de quatre ou j’étais, personne n’a eu son bébé en chambre le jour l’accouchement. Peu être que c’était pour que nous nous reposions mieux.

      J'aime

      1. Effectivement joli commentaire détaillé 🙂
        Le fait de boire et de manger pendant est « interdit » s’il y a des complications et que l’on doit t’operer. Il me semble que c’est ça. A vérifier quand même.
        La maman est plus là pour t’aider sur les tâches ménagère et te rendre la vie plus facile pour que tu pouponnes un max.
        J’ai commenté en pensant plus à l’acte médical et pas le après maternité. Pour moi, chacun vie comme il l’entend. Et surtout ce que je pense important, c’est de faire comme on le ressent. Les mamans ont un bon fieling avec leur enfant 🙂
        En tout cas merci à toutes les deux de faire partager votre ressenti n_n

        J'aime

        1. Ah oui Tetoy, tu as sûrement raison !
          Sinon pour les tâches ménagères, je préférais mon mari à ma maman, il fait mieux à manger :-p 😉
          Sinon tu as certainement raison, c’est pour que vous vous reposiez. Comme mon mari était là, j’ai pu quand même me reposer. J’étais contente d’avoir mon bébé dans la chambre cependant mais l’essentiel vient après de toutes façons ! J’ai peu de souvenirs du jour J. On est tellement dans le bouleversement, dans le côté « technique » (quand, comment donner à manger, changer etc.) qu’on ne profite jamais suffisamment de ces moments uniques…

          J'aime

  4. Bonjour et félicitations pour la naissance de votre petit garçon ! Votre article est très intéressant. Seriez-vous partante pour partager votre expérience sur la naissance au Japon sur Femmexpat ? Ce serait très utile pour les futures mamans qui partent au Japon. Nous avons déjà plusieur témoignages de maternité dans différents pays du monde. Qu’en pensez-vous? Merci d’avance de votre réponse.
    A bientôt, Priscille de Femmexpat : editorial@femmexpat.com

    J'aime

  5. Bonjour et félicitations pour la naissance de votre petit garçon ! Votre article est très intéressant. Seriez-vous partante pour partager votre expérience sur la naissance au Japon sur FEMMEXPAT http://www.femmexpat.com ? Ce serait très utile pour les futures mamans qui partent au Japon. Nous avons déjà plusieur témoignages de maternité dans différents pays du monde. Qu’en pensez-vous? Merci d’avance de votre réponse.
    A bientôt, Priscille de Femmexpat : editorial@femmexpat.com

    J'aime

  6. Tres beau recit, et bien sur: felicitations pour la venue de ce jeune prince tout juste sorti de l’oeuf ^^

    Je te rejoins sur les conges paternel fraichement acquis au Japon et difficilement accorde. Mon mari a un collegue qui va devenir papa pour la premiere fois et a demande a avoir un conge parental d’un mois, ce qui a ete refuse ! Scandaleux !

    J'aime

    1. Merci 🙂
      C’est vraiment révoltant de refuser un congé paternité! A quand la famille avant le boulot pour les Japonais?
      Mon mari avait prit un jour de congé pour venir nous chercher a notre sortie de l’hôpital.

      J'aime

  7. J’ai appris tout récemment cette tradition japonaise de partir chez ses parents 1 à 3 mois après la naissance de son enfant, pendant que le papa continue de travailler.

    J’ai été assez surprise, et je découvre avec ton article que ça se passe aussi de la même façon dans un couple mixte. C’est un peu triste, et ça ne doit pas être facile à vivre. Même si le père ne le ressent peut-être pas comme ça et trouve ça normal de ne pas avoir de congé parental ?

    En tous les cas, félicitations, et bon courage pour la suite 🙂

    Et merci pour cet article qui m’a appris beaucoup.

    Ary

    J'aime

  8. Super interessant, je remarque que malgre la difference du niveau de vie, le Japon et la Chine sont assez similaire. Je suis deja allee au Japon en voyage mais ce ne sont pas des choses que j’ai pu decouvrir ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :