Passion Japon : Marine et les cartes gotochi

L’année dernière j’avais inauguré cette catégorie en vous parlant de mon amie Emilie* et de son amour du washi, le papier japonais, en testant sa washi box*. Aujourd’hui je continue sur ma lancée pour vous représenter mon amie Marine que je connais depuis maintenant 3 ans et qui, autour d’une bonne galette bretonne, a eu la gentillesse de répondre à mes questions à propos de sa passion pour les cartes Gotochi.

***

  • Coucou Marine, ravie de te revoir, ça faisait longtemps. Tout d’abord, pourrais-tu te présenter ?

– Oui ça faisait longtemps, ça me fait aussi plaisir de te revoir ! Alors, Je m’appelle Marine, j’ai 28 ans et je viens de Bretagne. J’habite à Kobe depuis 4 ans. J’aime le cinéma, voyager et les séries ( merci Netflix ! ).

 

  • Parfait ! Dit, nous qu’est-ce qui t’a fais venir au Japon ? 

– Il y a 4 ans je suis venue en échange universitaire à l’université de Kwansei Gakuin dans le but de trouver un travail plus tard. Je faisais en même temps un job étudiant dans une boutique franco-japonaise ou j’étais vendeuse. Ensuite je suis revenue avec le visa Working-Holidays, j’ai fini par travailler à plein temps dans cette entreprise franco-japonaise et à obtenir un visa de travail. Actuellement je donne des cours de français en ligne via une école.

 

  • Oui je me souviens, notre première rencontre avait eu lieu dans cette boutique, j’étais passée te voir. Peux-tu nous parler un peu plus de ce premier contact avec le monde du travail, tu y occupais quel poste ?

– J’étais dans la vente, relation client, organisation comme pour participer à des événements, des foires françaises à travers le pays. C’était ma première expérience professionnelle donc je n’ai pas de comparaison avec le travail en France car là-bas je n’avais fait que du baby-sitting et du soutien scolaire. Ce boulot fut très formateur, intéressant, enrichissant et surtout graduel car c’est au fur et à mesure que mes responsabilités ont changé. J’étais très timide et réservée, surtout pour téléphoner, mais j’ai appris à prendre confiance en moi et à sortir de ma coquille, j’ai aussi beaucoup progressé en japonais. Ce poste m’a également permis de me mieux comprendre la culture japonais et le service-client qui m’impressionne toujours autant au niveau de ce qui se passe derrière, comme faire attention au moindre détail et de tout faire pour proposer un service complet et agréable.

 

  • Effectivement cela semble avoir été une expérience enrichissante sur beaucoup de points. A présent, entrons doucement dans le vif du sujet, mais  d’abord pourrais-tu nous en dire un peu plus sur les cartes gotochi, d’ailleurs que signifie « gotochi » ? 

– Oui bien sur, alors en fait  » gotochi 御当地  » signifie littéralement « votre région ». Chaque préfecture vend des cartes montrant des éléments culturels propres a leur région. Du coup ces cartes représentent des lieux touristiques, des animaux, des personnes connues ou des spécialités culinaires régionales. Ça permet de découvrir un autre Japon, celui qu’on ne connait pas forcement, que se soit pour les Japonais ou les étrangers.

 

  • D’accord, alors maintenant que le décor est posé, peux-tu nous parler de ta passion pour ces cartes, comment est-elle née et comment tu les as découvert ? 

– En 2013-2014 je faisais du postcrossing, ce qui consiste via un site à envoyer et recevoir des cartes postales d’inconnu/es de tous les pays. Puis un jour j’ai reçu une carte gotochi qui représentait une tulipe. J’ai été agréablement surprise et en admiration car elle était originale, j’aimais le design, la taille et de la trouvais magnifique. Intriguée j’ai ensuite fait des recherches sur internet, ainsi j’ai découvert qu’il s’agissait de la tulipe de Toyama et j’ai de suite aimé le concept. Voilà, ce fut un vrai coup de cœur, même si à ce moment-la j’étais déçue qu’on ne puisse les acheter qu’au Japon.

img_area_28_v2-330x330.gif

  • Je comprends ta déception, mais du coup quand tu es venue au Japon, quelle fut la première carte gotochi que tu aies acheté ?

– A cette époque j’étais arrivée à Tokyo alors j’ai juste acheté toutes les cartes de la capitale, donc ça faisait 5-6 d’un coup.

 

  • Tu as récemment créé une boutique en ligne de cartes gotochi, comment s’appelle-t-elle et surtout comment l’idée a-t-elle germé ? Quel en est le concept et comment ça fonctionne ? 

– Mon ancien patron était au courant de ma passion et c’est lui qui m’a poussé à me lancer, il n’existait pas de sites donc je n’avais aucune concurrence. C’est comme ça que Let’s Gotochi a vu le jour. On peut y acheter des cartes gotochi de tout le Japon, il suffit de passer commande et j’envoie. Les prix, eux, varient, car habitant dans la région du Kansai, c’est très compliqué d’obtenir des cartes du nord du Japon, mais elles restent quand même accessibles. 

44946621_171512180455489_5872206628576559104_n.jpg

  • C’est super que tu aies osé te lancer et en dehors de la vente as-tu un objectif avec ce site ?

– Oui, mon but avec ce site est de non seulement faire connaitre les cartes gotochi aux étrangers, et au Japonais, mais aussi de  promouvoir un autre Japon en faisant découvrir des régions et des préfectures moins connues, différentes traditions ainsi que des plats. J’ai envie de faire voyager les gens autrement, que ces gotochi deviennent leur carte de route. Par exemple, il y a cette gotochi, qui représente des Kawara-soba vertes sur des tuiles car elles sont cuites dessus, c’est délicieux, peu connu et originaire de la préfecture de Yamaguchi.

44959256_347594249136491_7455265680493903872_n

  • C’est un beau projet, j’aime beaucoup, ça permettrait effectivement de les sortir des sentier battus. Je ne connaissais pas les Kawara-soba, je vois d’ailleurs que c’est écrit « édition limitée », est-ce qu’il y en a beaucoup ?

– En fait en 2017 ils ont fait une édition limitée qui n’est disponible qu’une année.

 

  • Qu’est-ce qui a été le plus difficile à mettre en place ?

– Je partais de zéro, je ne savais pas trop par ou commencer, comment faire. J’ai surtout mis beaucoup de temps pour rendre le site présentable, ça m’a pris 5 mois, sachant que j’ai commencé pendant les vacances de Noel 2016. J’ai tout géré toute seule, le choix du logo, la mise en page du site, le design, les photos, les explications et les traductions car le site est disponible en trois langues, français, anglais et japonais.

 

  • C’est du boulot en effet de tout gérer seule, tu peux être fière de toi. Cote administratif tu n’as pas eu de soucis pour le statut d’entrepreneur ?

– Non le statut d’entrepreneur fut très facile à obtenir, c’est plutôt pour ma première déclaration d’impôts que j’ai eu du mal, tout calculer, bien remplir le formulaire, avoir tout les justificatifs, puis comme je ne voulais pas dépendre de l’aide de quelqu’un, je me suis aussi débrouillée toute seule. J’avais peur de me tromper, mais finalement ça a été. 

 

  • Actuellement ça marche bien ?

– Oui oui, ça fait maintenant 1 an et demi que la boutique est en place et ça marche bien, notamment au bouche à oreilles et aux réseaux sociaux car pour chaque nouvelle commande je poste une photos sur instagram. Puis maintenant j’ai aussi des habitués et une bonne relation de confiance s’est installée entre nous donc c’est toujours un plaisir d’avoir de bons retours et de savoir que la personne est satisfaite. Je suis vraiment reconnaissance, chaque message de remerciement est un réel bonheur. 

 

  • J’imagine, c’est toujours gratifiant de savoir qu’on a fait plaisir à quelqu’un. Est-ce que tu arrives à distinguer le type de personnes qui à recours à tes services ?

– Oui on les reconnait tout de suite. Il y a les personnes qui font du postcrossing, celles qui veulent juste un souvenir de leur voyage avec un lieu en particulier ou une carte mignonne et bien sur il y a les collectionneurs qui eux commandent en grande quantités et qui ciblent les gotochi difficilement trouvables comme elles du nord de l’archipel ou des îles de Kyushu et Shikoku.

 

  • Comment te procures-tu les cartes d’autres régions ?

– Grace à mon ancien travail je faisais pas mal de voyages d’affaires à Tokyo, Nagoya, Hiroshima et sur l’île de Kyushu. J’en profitais toujours pour prendre une journée afin de pouvoir aller récolter plusieurs cartes gotochi dans les régions voisines. Ensuite j’ai la chance d’avoir des ami/es dans certaines régions à qui je demande souvent, contre rémunération bien sur, de m’envoyer un stock de cartes gotochi.

 

  • Envoies-tu as l’international ? De quels pays as-tu le plus de demandes ?

– Je dirai que 95% de mes envois se font vers l’international et 5 % dans le Japon. Au  niveau du nombre de commandes, j’envoie surtout en France, par contre cote chiffre d’affaire et quantité c’est plutôt vers les Etats-Unis.

 

  • Et pour finir, quelles sont tes trois cartes préférées ?

– C’est difficile de choisir, mais je dirai d’abord celle de Kobe car je la trouve très belle et aussi un peu par fierté vu que j’y habite. Ensuite celle du château de Nijo. Je ne suis pas une fan de la ville de Kyoto bien que je la trouve jolie, mais je garde un bon souvenir du château et je le trouve magnifique. Puis enfin celle de Shizuoka, elle est très belle aussi et tres japonaise car on y voit à la fois le Mont Fuji et les fleurs de cerisiers.

45081612_2038801239513902_7201432816947560448_n.jpg44933284_320135672103935_1837876455111917568_n44930814_305403183393748_1923879962578780160_n.jpg

***

Eh bien, quelle aventure ! Merci beaucoup Marine, ce fut vraiment très intéressant, je suis ravie d’en avoir appris davantage sur ces cartes et surtout je suis contente que cette passion t’ai mené jusqu’ici. Au plaisir de te revoir ! 

***

Retrouvez Marine par ici >> LET’S GOTOCHIINSTAGRAMFACEBOOK

Publicités

9 commentaires sur “Passion Japon : Marine et les cartes gotochi

Ajouter un commentaire

  1. Très intéressant cette interview ! Je connais bien les cartes que j’avais commencé à collectionner à mon arrivée au Japon mais ne pouvant voyager que le week-end et les postes étant fermées à ce moment j’ai vite abandonné.
    J’aime beaucoup la dernière photo carte postale + en réel.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂
      Oui c’est vraiment chouette de pouvoir voir les lieux représentés sur les cartes en vrai !
      Bien que j’ai l’esprit de collectionneuse, je ne m’étais jamais particulièrement intéressée aux cartes gotochi, (d’ailleurs c’est bien dommage après tous les endroits que j’ai déjà visité), mais depuis que j’ai commencé le postcrossing cet été, j’ai rajouté les cartes gotochi dans les préférences de mon profil ^^

      J'aime

  2. Mon correspondant japonais de l’époque m’avait envoyé une de ces fameuses cartes (une avec du lilas de l’Hokkaido).
    Intriguée, je suis allée faire des recherches sur internet et je suis tombée sur le site de Marine très bien achalandé et expliqué avec ces petits légendes. 😉
    Sur Postcrossing, on en voit de temps en temps sur les galeries. Il y a de très belles gotochi. Je comprends que certains veuillent en faire la collection. 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :