#Histoires Expatriées : Le Japon et la nature

Mère nature,
Aimante, elle nous porte, nous nourri et nous enlace lorsque nous devenons poussière. Belle et généreuse, nous sommes heureux sous ses beaux jours et de ce qu’elle nous offre. Parfois dure, elle nous enflamme ou nous noie jusqu’à que nous implorions sa clémence. Mais une fois déchaînée, elle ne répond plus de rien. Elle nous gronde, elle nous secoue au point de voir rouge et de se laisser emporter négligeant ainsi les dégâts qu’elle cause.
Cependant, enfant ingrat que nous sommes, notre reconnaissance ne dure qu’un temps car nous ne l’apprécions pas tous à sa juste valeur. On l’ampute, on l’étouffe, on la tue à petit feu, ce même feu qui finira par nous consumer. Certes, elle renaît toujours de ses cendres, mais en continuant ainsi, nous courons à sa perte.
La nature est bonne et bien faite, c’est l’essence même de la vie. Puis en fait, elle se suffit à elle seule car elle n’a pas besoin de nous. C’est nous qui avons besoin d’elle. Alors c’est à nous de nous en occuper en faisant davantage d’efforts pour la préserver.

***

Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous #Histoires Expatriées organisé par Lucie depuis l’Italie qui tient le blog L’Occhio di Lucie. Le thème du mois est Mon pays et la nature et c’est Aurore du blog On my tree qui en est la marraine.

***

Je suis née et j’ai grandi en France. Ce décor était mon quotidien. Je n’y prêtais pas attention. Puis je me suis installée au pays du soleil levant. J’y ai mûri, j’y suis devenue une adulte, puis maman. J’ai visité et découvert les multiples et magnifiques paysages de l’archipel. Comme les Japonais, j’attendais impatiemment chaque saison, chaque mois qui serait accompagné d’une nouvelle beauté éphémère. J’aime chercher de nouveaux endroits à explorer et je n’hésite pas à faire des heures de trains pour voir telle ou telle fleur, chose que je n’aurai jamais fait en France. Les temples, les parcs, la montagne regorgent de pépites d’or. Fleurs de pruniers ou de cerisiers, camélia, azalées, glycines, roses, iris, hortensias, érables rouges. Ce sont ces fleurs qui m’accompagnent chaque année et que je ne me lasse pas de photographier. La nature est si riche et ne s’ennuie jamais. Le Japon c’est beau et fait rêver, ses paysages ont inspirés nombre de plumes et de pinceaux.

P6140236.JPG

***

Le Japon m'a appris à admirer la nature.

***

P1011917.JPG

La raison pour laquelle le Japon entretient une relation si étroite avec la nature vient de sa religion. En effet, le Shintoïsme, à la fois polythéiste et animiste, est basé sur le culte des dieux, les kami. Selon ces croyances, les animaux et tous les éléments de la nature (vent, eau, arbres, etc) sont des manifestations de divinités, aussi nombreuses soient-elles. Cette croyance pris forme il y a bien longtemps. Je suppose que le Japon d’autrefois justifiait les catastrophes naturelles dont il était victime par la manifestation de quelqu’un ou de quelque chose de plus grand, de plus puissant qu’eux, et donc des dieux. Par conséquent, ces kami étant omniprésent dans le quotidien des Japonais, il était important de les respecter et de les honorer, via des sanctuaires ou des matsuri, afin d’éviter de nouveaux courroux. Ainsi, ces pratiques sont ancrées dans la culture japonaise et traversent le temps, même si de nos jours, nombre d’événements sont explicable scientifiquement. La nature, sacrée et mystifiée, fascine depuis toujours. On retrouve également cet aspect dans certains animés, comme dans princesse Mononoke où la nature occupe une place importante. Cependant je trouve cela dommage et paradoxal que le Japon, ayant un tel culte de la nature à travers le Shintoïsme, ne soit pas plus écolo. En effet, même si le Japon fait du tri sélectif avec ses poubelles de toutes les couleurs, il est surtout le roi du suremballage !

P1011116.jpg

 

 

Publicités

12 commentaires sur “#Histoires Expatriées : Le Japon et la nature

Ajouter un commentaire

  1. Les balades dans la nature sont parmi mes meilleurs souvenirs du Japon, notamment dans la forêt entourant un onsen complètement perdu et difficile d’accès mais magnifique.

    Aimé par 1 personne

  2. Ta première partie est superbement écrite. 😉
    C’est ce qui me plaît dans ton pays d’accueil. Le rapport qu’il y a avec la nature. Contempler les fleurs, végétaliser le moindre bout de trottoir etc… Plein de petites choses qui rend la vie bien plus belle.
    C’est sûr que le suremballage est un peu contradictoire avec tout les efforts déployés pour le tri. Mais bon, on ne peut pas avoir 100% partout. 😆
    Quand on voit le continent plastique et l’état général de notre planète, il faudrait vraiment que nos gouvernants se bougent. Même à notre niveau, le moindre petit geste compte. D’où l’importance de sensibiliser les jeunes (comme les moins jeunes) à mieux trier, jeter ses déchets dans une poubelle, recycler, consommer autrement etc…

    Bises, bon weekend. 😉

    J'aime

    1. Merci Gagaie 🙂
      Oui personne n’est parfait et comme tu dis chaque petit geste compte. Ça fait 2 ans que dans mon quotidien j’essaye aussi de limiter mes déchets même si cela n’est pas toujours évident.
      Passe aussi un bon weekend !
      Bises

      J'aime

  3. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu as écrit. En France, la nature et l’écologie ne m’avaient jamais passionnée. Mais après avoir vécu au Japon, j’ai appris à apprécier la contemplation de la simple beauté éphémère de la nature. Et j’ai développé un réel intérêt pour l’écologie, valeur qui aujourd’hui est au cœur de ma vie.

    Je ne comprends pas non plus comment un pays fondé sur le shintoïsme, cad le respect de la nature, peut être à ce point à côté de la plaque en terme d’écologie. De même, le shintoïsme et le bouddhisme prônent le respect de la vie, mais le Japon est à la masse en terme de bien-être animal… On voit petit à petit des changements s’effectuer, mais ils ont encore un long chemin à parcourir (et nous aussi).
    Merci pour cet article !

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis teeellement d’accord ! La nature a une telle place ici, et pourtant, les Japonais ne font manifestement pas le lien entre cette nature et leurs actes, leur mode de consommation, leurs habitudes. Du coup je trouve leur amour de la nature teinté d’une certaine hypocrisie. Bel article en tout cas !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :