#Histoires Expatriées : les choses qui m’agacent dans mon pays d’accueil

 

Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous #Histoires Expatriées organisé par Lucie depuis 
l’Italie qui tient le blog L’Occhio di Lucie. Ferdy, du blog Ferdypaindepice , est la marraine du mois 
et a choisi pour thème les choses qui m'agacent dans mon pays d'accueil.
Publicités

Omamori お守り

Les omamori sont des porte-bonheurs japonais. Ils se présentent sous forme de petits sacs (à ne surtout pas ouvrir pour les curieux!), ils contiennent une prière et sont sensés porter chance ou protéger son propriétaire. On peut en acheter dans les temples shintoïstes et bouddhistes, ensuite on le garde sur soi, de preference dans son sac. Chaque temple a son propre design avec son nom brodé dessus. Il y en a de toutes les couleurs et de toutes les sortes ; pour protéger les enfants, les couples, le bonheur, la santé, bien se remettre d’une hospitalisation, réussir ses études/examens, gagner beaucoup d’argent, la fertilité, avoir une grossesse / une naissance sans soucis, éviter les accidents de la route, etc… Il y a un vaste choix, il suffit de choisir quel genre de omamori on veut.

Il faut d’abord savoir que les omamori sont destinées uniquement aux humains, ça ne se fait pas d’en acheter pour les animaux, d’après ce que j’ai entendu. Ensuite, en dehors des omamori pour les études, bien se remettre d’une hospitalisation et  avoir un bon accouchement, ceux-ci ne sont pas sensé être offert à quelqu’un (chose que j’ignorai jusqu’à l’année dernière). D’ailleurs concernant celui pour avoir un bon accouchement, on ne l’offre qu’à partir du 5eme mois de grossesse de la (future) maman (chose j’ai appris quand j’étais enceinte). Mais bon avant de savoir cela, j’avoue en ai offert beaucoup dans mon entourage, notamment pour le bonheur, la santé et ceux pour éviter les accidents de la route. Une amie m’en avais même demandé pour ses trois chats.

Récemment j’ai appris qu’il est conseillé de rendre ses omamori aux temples au bout d’un an car ils perdraient de son efficacité, ils seront pas la suite brûlés. Pour les rendre on peut aller dans n’importe quel temple, nul besoin de retourner au temple ou on les a acheté. Du coup, aujourd’hui je suis allée au temple Ikuta à Kobe pour rendre trois de nos vieux omamori, puis j’en ai acheté des nouveaux, un pour chacun de nous trois. J’en ai profité pour demander à la vendeuse de omamori si c’était vraiment nécessaire de rendre les omamori au bout d’un an, elle m’a répondu que non. Par contre si on veut vraiment en changer tous les ans, il est préférable de le faire au Nouvel An. Sinon j’ai tout de même garder deux autres omamori comme souvenir, le tout premier que j’avais acheté lors de mon premier voyage au Japon il y a 7 ans et un des deux que j’avais reçu pour que mon accouchement se passe bien.

Voila, cet article n’était pas du tout prévu, mais suite à votre grande intérêt sous ma photo instagram de ce matin (photo ci-dessous) et aux nombreuses questions que j’ai reçu, j’ai décidé d’en rédiger un sans plus attendre. J’espère qu’il vous a intéressé et qu’il est assez complet pour répondre à vos questions.

 

14137911_10210130985655037_816574946_n
Celui pour mon fils représente un samurai à cheval.

Nomination au Liebster Award

LiebsterAward-2

J’ai été nominé par Frenchgirlonthego pour le Liebster Award qui est tag dans le but de faire connaître des blogs ayant moins de 200 abonnés.

Les règles sont les suivantes, il faut remplie 5 conditions.
                                – Écrire 11 choses sur soi
                                – Répondre aux 11 questions de la (ou les) personne(s) qui t’a nominé
                                – Nommer à ton tour 11 nouveaux blogs et leur poser 11 questions
                                – Mettre des liens vers leur blog & les informer de leur nomination
                                – Informer la personne qui t’a nominé que la tâche est accomplie

 

11 choses sur moi

  • Je n’aime pas le chocolat
  • Je n’ai jamais fumé
  • Je suis française d’origine espagnol (à 25%) et italienne (à 50%)
  • Je parle français, anglais, espagnol et japonais (malheureusement mes 5 années de portugais sont bloquées dans une des cases de mon cerveau, je le comprends et le lis, mais je bloque quand je dois parler, les mots ne sortent plus…)
  • J’ai une peur monstre des araignées aussi petites soit-elles
  • Je suis une enfant Disney, je connais les chansons par cœur. Mes préférés sont Le Roi Lion, Aladdin, Tarzan, La Belle et la Bete, Robin des bois et La petite sirène. Ceux que j’aime le moins sont Le livre de la jungle et La princesse et la grenouille.
  • Je suis cinéphile, sérivore et droguée de livres !
  • J’adore voyager
  • Je suis une Potterhead, grande fan des livres, des bouquins, de l’univers, je suis calée sur tout ! Je rêve d’aller à Londres pour visiter les Studios originaux d’Harry Potter, en attendant j’aimerai beaucoup aller voir les minis studios Harry Potter du parc Studio Universal Japan à Osaka
  • Je suis pétrichor, ce qui finit que j’aime l’odeur de la terre humide, surtout après une bonne pluie. Je ne sais pas pourquoi, cette odeur m’apaise et me rend nostalgique. J’aime tant cette odeur que j’aimerai pouvoir l’enfermer dans un flacon! Par contre je trouve ce mot vraiment laid pour décrire quelque chose de si poétique (à mon goût).

 

Les questions de Frenchgirlonthego

1. As-tu une tenue/fringue fétiche ? Si oui laquelle ? Le jeans ! Comme je le dis, on peut tout faire avec un jeans, il suffit de bien assortir le haut et les chaussures selon le look souhaité.

2. Tu es plutôt talon ou basket ? Ça dépend du programme de la journée. Si je suis seule je mets des talons, si je suis avec mon fils je sors à plat (plus pratique pour lui courir après^^)
3. Quel était ton rêve étant enfant ? Enfant je voulais offrir une maison rouge à ma maman et avoir une Mercedes (en tant mes goûts en matière de voiture ont bien changée^^)
4. Quelle est ta blague/histoire drôle préférée ? Je n’en ai pas ^^’
5. Quel est ton petit déjeuner idéal ? Un bol de granola avec du lait d’amande, un jus de d’orange et une banane. Bon, équilibré et qui tient au ventre jusqu’à midi^^
6. Quel est ton objet/endroit/personne porte-bonheur ? Ce n’est pas de porte-bonheur, mais je suis très attachée à ma chaînette de baptême dont le pendentif est un ange.
7. Si tu ne devais plus que mangez un seul plat lequel serait-ce ? Des framboises !
8. Quel est ton Top 3 de tes destinations préférées que tu as fait et le Top 3 de celles à venir ? Mes 3 destinations préférées sont Barcelone, Londres, Shirahama (cf. ici) Mes 3 destinations à venir : Okinawa, Hawai, San Francisco (par contre je ne sais pas du tout quand…)
9. Quelle est ta fleur ou plante préférée et pourquoi ? Le lila, j’aime sa couleur et son odeur. Ma mère aime aussi beaucoup cette fleur, du coup des que j’en vois je pense à elle.

10. Ta meilleure anecdote de voyage ? La plus inattendu, la plus drôle, la plus bizarre … à toi de choisir ! En 2013 pour notre voyage de noces nous sommes parti en Espagne. D’abord à Barcelone, le temps de faire le trajet de l’aéroport jusqu’à notre hôtel, mon mari c’était fait voler son porte-feuille pour la deuxième (c’était aussi arrivée à Londres en 2009). Du coup la première chose que nous avons visité avant même d’arriver à l’hôtel fut le poste de police de la Plaça de Catalunya. Puis à Madrid, nous avons eu la chance de voir Penelope Cruz qui venait assister à l’avant première de son film Volver a nacer. Nous sommes tombés sur la foule par hasard et on a attendu 1h, elle était vraiment belle!

11. Quelle est ta prochaine sortie (week-end, vacances, escapades …) ? Début août nous irons un weekend sur l’île d’Awaji avec ma belle-famille et mi-Août nous irons aussi un weekend sur l’île de Naoshima tous les trois, ça sera nos premières vacances en famille.

 

Mes 11 questions 

1. Quelle est ta plus grande peur ?

2. Dans quel (autre) pays étranger aurais-tu pu t’expatrier ?

3. As-tu un indispensable beauté ?

4. Si tu devais te réincarner en animal ce serait lequel ?

5. As-tu un Disney préférée ?

6. Quel est ton péché mignon ?

7. As-tu une anecdote particulière à partager ?

8. Quel fut ton voyage préféré et dans quel pays aimerais-tu aller prochainement ?

9. Quel est ton meilleur souvenir d’enfance ?

10. As-tu une collection inutile, absurde voire bizarre ?

11. Quelle est ta chanson préférée du moment ?

Les nominées sont :

Marine de Mochimochijapan

Stéphanie de Tokyo-sento

Morgane de Seenje

Katzina de Katzina

Eva de Mytokyojin

Diana de LeJapondeKansaijin

Emilie de Blancpays

Safaa de Mochisucre

Tranche de vie, l’été japonais enceinte

Depuis une semaine, les cigales ont commencés à chanter, preuve que la saison des pluies est terminée et que l’été s’est bel et bien installé sur l’archipel.  « Mushi-atsui » est un terme indissociable de l’été nippon et qu’on entend souvent car il signifie qu’il fait chaud et humide à la fois. En effet, ici, dans la région du Kansai (Osaka – Kobe), c’est un climat subtropical humide qui domine où l’humidité atteint 80% et où les températures oscillent entre 30 et 37°C (au mois d’Août on peut dépasser les 40°C ). Le soleil est très puissant et tape fort, il est de rigueur de s’en protéger via des accessoires tels que des lunettes de soleil, des crèmes solaires, le port d’un chapeau ou en utilisant une ombrelle. Dans les maisons japonaises, il fait parfois plus chaud à l’intérieur qu’à l’extérieur, la climatisation et le ventilateur sont des indispensables pour passer un été sans trop souffrir de la chaleur. Si on est dehors ou dans un intérieur sans climatisation, se sont des gouttes de sueurs qui perlent à longueur de journées. Cette chaleur lourde et humide est déjà difficile à supporter pour les Japonais, alors pour les étrangers ça l’est encore plus, c’est mon troisième été et j’ai toujours du mal. De plus étant enceinte de 8 mois et demi, la chaleur est encore plus dure à supporter et j’avoue que je ne sors plus trop depuis début juillet, je préfère rester au frais chez moi avec la climatisation. Mes rares sorties se limitent à présent à mon jardin, aux courses avec mon mari le weekend et aux promenades quotidiennes de ma chienne qui ne font pas plus de quinze minutes. La chaleur est également difficile pour les animaux car le sol est brûlant, entre 10h du matin et environ 17h on ne voit pas de chiens dans les rues. Certes l’été est synonyme de vacances et beaucoup de personnes doivent être tenter de visiter le Japon à cette période de l’année, mais personnellement je pense que le printemps et l’automne sont plus appropriés.

o O o O o O o O o O o O o 

Dans deux semaines je commencerai mon neuvième mois de grossesse, plus que quelques semaines avant l’arrivée de notre petit bonhomme. Je pense que je serais pas mal occupée après la naissance, mais au cas où j’ai déjà des articles de près qui ne demandent qu’à être publiés. 

En attendant, j’ai récemment ouvert un compte instagram où je partage des photos de mon quotidien au jour le jour alors si ça vous intéresse, n’hésitez pas à m’y suivre aussi : instagram.frenchynippOn 

o O o O o O o O o O o O o 

Photo de la récente petite escapade faite avec la belle-famille.

Vue directe sur le pont Onaruto reliant l’île d’Awaji à celle de Shikoku.

P7220290

Pause d’expatriée

Voila quelques jours que j’ai un petit « ras-le-bol du Japon« . A chaque fois que je ne rentre pas en France au bout d’un an, un an et demi, j’ai cette phase qui revient, où tout du Japon, de sa culture et des Japonais m’exaspère. Notamment le regard que peuvent avoir certains Japonais, celui qui nous regarde comme si on était des aliens, à croire qu’ils n’ont vu d’ÉtrangersJ’avais prévu de rentrer trois semaines en France au mois de Mars, j’avais tout planifié et décidé des dates pour voir certains amis etc, mais suite à ma grossesse j’ai du annulé sous recommandation du médecin. N’ayant pas eu de « pause » en France, cette phase de ras-le-bol s’est à nouveau installée. Certes le mélange des cultures et le fait de vivre à l’étranger ça a son charme et est enrichissant, mais quand on est l’étranger, il faut faire des efforts presque quotidiennement par rapport au mode de vie et à la mentalité. « S’adapter » est un mot qui nous accompagne chaque jour, et c’est fatiguant l’air de rien. Heureusement que j’ai des amies françaises avec qui partager ça car étant dans la même situation, elles me comprennentça fait du bien de se dire qu’on est pas seule. C’est pourquoi environ une fois par an, j’ai besoin de souffler, d’avoir « ma pause France » comme je dis. Une vraie pause psychologique / culturelle de quelques semaines pour me ressourcer parmi les miens (pas seulement la famille mais tout simplement les Français), où je puisse être moi-même, être comprise, où je n’ai pas besoin de réfléchir avant d’agir ou de dire quelque chose sous peine que se soit mal interprété. La dernière fois, j’étais rentrée deux semaines en Janvier 2013, au bout d’un an et demi, j’étais contente d’être en France, de revoir ma famille et mes amis. Puis lors du retour au Japon, j’étais à la fois triste de quitter ma famille si vite et contente de retourner au Japon… Peu être que parfois il vaut mieux partir pour mieux revenir. Je connais certaines expatriées qui ont ce même besoin que moi, puis j’en connais d’autres qui ne rentrent pas souvent, je me demande comment elles font… pour moi c’est vraiment devenu quelque chose d’essentiel

Si parmi ceux qui me lisent il y a des expatriés, j’aimerai savoir si vous avez déjà eu ce genre de besoin ?

Je vous laisse avec cette vue de nuit sur Osaka depuis le 32eme étage !

20140421_200110

Dernier cours avant les vacances

Mercredi dernier a la société Franco-japonaise, c’était le dernier cours de français avant les vacances d’été. Pour l’occasion, j’avais fait un cake au chocolat selon la recette de ma grand-mère. Donc quinze minutes avant la fin du cours, j’ai servi ma surprise. Mes élèves se sont régalés et ce fut un agréable petit moment propice aux discussions. Comme il me restait encore du gâteau, j’ai donné deux parts a mes deux collègues secrétaires. Autant je déteste cuisiner autant j’adore faire des gâteaux, quel paradoxe ! En tout cas, j’étais ravie que mes élèves le trouvent bon et qu’ils aient apprécié cette petite surprise. Maintenant je comprends certains professeurs que j’ai eu et qui disaient que la classe allait leur manquer l’année prochaine. Je me rends compte que je me suis attachée a certain/es de mes élèves et je pense qu’ils me manqueront aussi l’année suivante. Je n’aurai jamais pensé que ça m’arriverait. Peu être que c’est parce qu’ils sont ma première classe, non?

20130702_122838

J’ai aussi eu droit a ma petite surprise, le fils d’une de mes élèves est allé un mois en France et elle a eu la gentillesse de lui demander de ramener du salami pour moi. En bonne alsacienne que je suis j’adore tout ce qui est charcuterie alors cette petite attention m’a vraiment fait plaisir. Il ne me faut pas grand chose pour être contente. Qu’il était bon! La douce saveur de la France. Rien que de fermer les yeux en dégustant quelques tranches m’ont vite rendu un peu nostalgique…

Donc me voila en semi- vacances car au centre culturel ou je travaille il n’y a pas de vacances en dehors de O-bon (l’équivalant de la Toussaint). Sinon mon mari et moi nous n’avons pas de projets vacances, mais j’aimerais bien un weekend ou au moins un jour quelque part.

Bonnes vacances a tous et profitez du beau temps !

Kaze Tachinu, Ghibli

* Le vent se leve, il faut tenter de vivre *

Aujourd’hui je suis allée au cinéma voir le nouveau dessin-animé des studios Ghibli, Kaze Tachinu. J’adore les films de Hayao Miyazaki, ils sont toujours plein de poésie, de magie, de beaux paysages a souhait accompagnés d’une belle bande son. Mes préférés sont Le château ambulant, Pompoko et Le voyage de Chihiro.

L’histoire se passe dans notre monde, on y voit la vie quotidienne d’un jeune ingénieur rêveur des années 30, Horikoshi Jiro. L’intrigue est lente, il n’y a pas de scènes d’actions, mais le film a beaucoup de charme et correspond bien au style de Miyazaki. J’ai bien aimé cette nouvelle oeuvre de Ghibli, l’histoire est intéressante et mêle une partie de notre histoire, du rêve et de l’amour. Une fois de plus les dessins sont magnifiques et la musique est très jolie, d’ailleurs je trouve qu’il y a un petit air du Château ambulant au niveau du dessin de certains visages et du contexte historique. Par contre, je trouve l’histoire un peu compliquée pour les enfants, c’est totalement différent de Totoro, Ponyo, Pompoko, Mononoke Hime etc.    Je n’en dirais pas plus bien que je le voudrais, mais  je vous laisse le plaisir de découvrir ce petit bijou. Apparemment, il devrait sortir en France cet hiver.

20130720_153717

Au Japon, le cinéma coûte cher. Un ticket adulte coûte 1,800 yens (environ 18 euro), 1,500 yens pour les étudiants, 1000 (10 euros) pour les lycéens / collégiens / écoliers, les seniors et pour les femmes tous les mercredis. Il y a aussi un prix spécial couple pour ceux de plus de 50 ans. J’ai récemment découvert que si on achète un ticket avant la sortie en salle du film on a 500 yens de réduction ! C’est ce que nous avons fait, donc vous constaterez sur mon ticket que nous avons payé 1,300 yens. Quand on achète un ticket, on peut également choisir sa place via un plan de la salle. Le cinéma est également un lieu ou on peut encore constater le respect des Japonais, pendant le film, il n’y a pas un bruit, on n’entends ni de chuchotements ni de rires ni de portables sonner et on ne reçoit pas de coups dans les sièges. J’ai vu en tout 8 films au Japon et a chaque fois c’était pareil, donc je me base sur mon expérience personnelle. Pour les films étrangers  on a toujours le choix entre la version originale sous-titrées en japonais ou la version japonaise. Les films japonais, eux, restent bien sur en japonais. J’adore le cinéma et j’y allais souvent quand j’étais en France, j’avoue que ça me manque un peu de ne plus y aller si souvent a cause des prix.

La bande annonce c’est par ici

-> https://www.youtube.com/watch?v=4XMgGArxrGg

 

 

En Mai, fait ce qu’il te plait

Nous voila déjà au mois de Mai. Les Golden Week viennent de se terminer, un weekend de quatre jours dont les Japonais ont du bien profiter. Que le temps passe vite ! Si vous savez comme il fait bon ici. Depuis deux semaines, tout les jours nous avons droit a un beau ciel bleu avec parfois une petite brise, les températures ne font qu’augmenter, nous avons un peu plus de 25 degrés, ça fait tellement de bien. Les promenades quotidiennes avec ma chienne ne sont que plus agréables ! Une chemise voire un t-shirt suffit. Mai est tout simplement un très bonne période  ni trop froid ni trop chaud. Les habits printemps-été sont de sortis et beaucoup de japonaises ont retrouvé leurs fidèles amis, leur ombrelle et leur gants manchettes adorés qui les protègent de la moindre marque de bronzage. Pour ma part, je préfère sentir la chaleur du soleil sur mon visage et prendre un peu de couleur.

Voici une petite photo prise depuis ma salle de classe a l’association franco-japonaise, vue directe sur Kobe et ses montagnes depuis le 17eme étage !

Copie de 603847_10201097215936440_771460142_n

Souvenirs de Paques

Ce matin, j’ai reçu une carte de la part de ma grand-mère pour Paques. En effet, hier c’était Paques, mais j’avais complètement oublié. Au Japon, ça ne fête pas ce qui fait que ça m’était sorti de la tête.  C’est surtout en voyant sur Facebook plusieurs statut de mes amis du genre « Joyeuse Paques a tous » que je m’en suis souvenu. Hier, en parlant avec  ma mère sur skype je ne lui aurait même pas souhaité si elle ne me l’avait pas dit. Pourtant, fin Mars, sachant que Paques approchait, j’ai cherché quelques décorations par-ci par-la dans les magasins, mais je n’ai rien trouvé qui soit dans « l’ambiance » de Paques, pas de petits lapins ni d’oeufs ni de poules. J’avoue être un peu surprise de ne rien avoir trouvé, car sachant que les Japonais aiment « copier » les fêtes, dans le sens ou ils « fêtent » Noel et Halloween alors que cela ne fasse pas parti de leurs traditions, je pensais tout de même trouver quelques petits objets référent a Paques, mais ce ne fut pas le cas.

C’est triste d’oublier des fêtes qu’on fête depuis l’enfance. Je me souviens que ma mère mettait des petites décorations et que sur la table trônait l’arbre de Paques avec ses petites fleurs jaunes et ses mini-oeufs accrochés aux branches. Chaque weekend de Paques, nous allions chez ma grand-mère pour manger un bon gigot tous ensemble. Ce n’était qu’a cette période de l’année que nous en mangions. Puis mon frère recevait du chocolat et des bonbons, pour son plus grand bonheur. Moi, n’aimant pas trop le chocolat, j’entends par la tout ce qui est lapin en chocolat et tout, je recevais un peu d’argent ou un petit cadeau. En Alsace, on mange aussi des Lamala, se sont des petites brioches en forme d’agneau, c’est délicieux, ça me manque de ne pas en avoir déguster depuis deux ans.

Je me suis dit que quand j’aurais des enfants, c’est une fête que j’aimerais faire avec eux. Mettre quelques décorations dans la maison, peindre des oeufs, les cacher dans le jardin, voir leurs visages a la découverte de leurs trésors. Je voudrais aussi faire mon arbre de Paques, mais le problème est les fleurs, je n’ai pas encore vu de forthysia au Japon, mais près de chez moi j’ai vu des arbustes dont leurs fleurs y ressemblaient beaucoup, mais comme c’est la propriété de la ville, je ne pense pas oser piquer quelques branches…. Dimanche, ma marraine et mon oncle vont venir me rendre visite (inutile de préciser que je suis impatiente!) donc j’en ai profité pour leur demander de m’apporter une petite machine spéciale pour peindre les oeufs. J’avais la même étant enfant et je me suis dit que se serait l’idéal d’en avoir une ici et que plus tard mes enfants pourraient également l’utiliser pour préparer Paques.

Joyeuse Paques a tous !

CIMG4293

Chemin de vie

Ces derniers temps, j’ai beaucoup réfléchit à ce qui s’est passé depuis que j’ai rencontré mon mari, je me demande comment les choses se seraient déroulées s’il n’avait pas été la, ou plutôt si je n’avais pas choisi cette université… Il y a tellement de choses que je me suis surprise à faire, des choses auxquelles je n’aurais jamais pensé, des choses que je n’aurais jamais osé faire il y a encore quatre ans.

Depuis que j’ai rencontré mon mari, il s’est passé tellement de choses. Lorsque je suis entrée à l’université, j’étais une jeune fille sérieuse, timide, discrète, effrayée du monde et allant difficilement vers les gens. Etudiante dans une autre ville que celle ou mes parents habitaient, j’ai appris à être automne, à devenir débrouillarde et j’ai pris goût à l’indépendance. Des que j’ai commencé a sortir avec lui, ma famille et mes amies m’ont dit qu’ils me trouvaient heureuse, plus épanouie et qu’ils étaient fiers de moi, de tout ce que j’avais accompli jusqu’à maintenant. Effectivement, sans m’en rendre compte j’avais grandi et surtout pris confiance en moi.

Il y a encore quatre ans, je n’aurais jamais pensé sortir avec un japonais, et encore moins me marier avec lui. Je n’aurais jamais pensé me marier, du moins pas aussi jeune. Je n’aurais jamais pensé aller visiter le Japon, et donc encore moins m’y installer définitivement. Je n’aurais jamais pensé partir vivre à l’étranger, et pourtant je n’ai pas choisi un des pays les plus proches. Je n’aurais jamais pensé avoir ma propre maison, et encore moins la construire! Je n’aurais jamais osé prendre l’avion toute seule, et pourtant j’ai fait seule douze heures de vol à quatre reprises. En France, en dehors des jobs d’été  j’avais du mal à trouver du boulot, alors je n’aurais jamais pensé trouver du travail au Japon, surtout avec la barrière de la langue, mais au final mes petits boulots se sont succèdés les uns après les autres! Qui l’eut cru ?!

Me voila à présent mariée, habitant au Japon, ayant sa propre maison et cumulant trois petits boulots, bientôt quatre d’ailleurs. On a beau avoir des projets d’avenir, on ne sait jamais vraiment ce que l’avenir nous réserve ! Il suffit d’un rien pour que tout change… Même si les différences culturelles et de mentalité sont parfois difficiles à comprendre voire à accepter, je me plais ici, je m’y sens bien et au fond j’aime bien ma petite vie. Maintenant c’est ici ma vie