Kobe et son jardin japonais Sorakuen 相楽園

Direction Sorakuen, la petite oasis au milieu du béton de la ville. Autrefois ce jardin appartenait à un des ancêtres de l’ancien maire de la ville de Kobe.  En 1941 il devint la propriété de la ville et fut ainsi ouvert au public. De plus, en 2006 il obtint le titre de site pittoresque au patrimoine commémoratif national. Il est a l’apogée de sa beauté en automne sous les érables rouges et au printemps avec les touches de rose et de violet des azalées.

P1012226.jpg

La structure en bois de la première photo de l’article est un funayakata. A l’époque Edo il servait de bateau de plaisance au seigneur du fief de Himeji quand celui-ci voulait faire des croisières sur les rivières. Nul doute qu’il ait été conçut pour s’aventurer en mer. Cependant, ce n’est pas l’original, en effet il fut reconstruit dans le jardin en 1980 pour sa conservation et a été classé comme bien culturel. Actuellement il est unique au Japon.

P1013773.jpg

Malheureusement cette maison de thé est toujours fermée. Qu’il doit être agréable de se désaltérer assis sur ses tatami en ayant vue sur l’étang et le jardin. Elle est tres populaire auprès des peintres qui aiment l’immortaliser de leur pinceaux.

24008220_10214574211292901_1422240330_o.jpg

Quand le Sorakuen revêt ses couleurs automnales et n’en est que plus beau. Les touches de rouge, orange et jaune sont mises en valeurs par la verdure encore très présente tout autour. Les érables se concentrent autour de l’étang ce qui donne l’impression que celui-ci est encerclé par les flammes. D’ailleurs quelques peintres étaient présents pour immortaliser ce paysage d’automne. Cette fois-ci je m’y suis rendue en compagnie d’amies et de nos enfants. Ainsi, pendant que nous, adultes, déambulions dans le jardin pour admirer la beauté du lieu et son patchwork de couleurs, les enfants en profitaient pour s’amuser et jouer les aventuriers, traverser les ponts, longer les petites cascades, passer sous un tunnel, sauter de pierres en pierres, trouver de petits chemins dérobés suffisaient à leur bonheur. A la sortie de cet havre de paix, une place avec de quoi s’asseoir pour déguster quelques pâtisseries japonaises accompagnées d’une tasse de thé attend ses visiteurs. Une pause au calme, un peu plus près de la nature. 

23998642_10214574160891641_569775262_o

 

__________________________________________

INFOS PRATIQUES

Jardin Sorakuen

Adresse5-3-1 Nakayamatedori, Chuo-kuKobe 650-0004, Préfecture de Hyogo

Entrée : 300 yens

Fermé les jeudis

__________________________________________

Publicités

Kobe : Le temple Sanshinzan Taisan-ji

Cette année je voulais éviter la foule qui m’avait traumatisé l’automne dernier au temple Eikando de Kyoto, ainsi j’ai choisi d’aller faire tour dans les montagnes de Kobe au temple Sanshinzan Taisan-ji et je ne regrette pas car il devait y avoir une dizaine de personnes. Qui plus est, il faisait beau et  la lumière était superbe !

P1012833.jpg

Taisan-ji est un temple bouddhiste de la secte Tendai et il se situe dans les montagnes de Kobe. Il présente un intéressant mélange d’architecture japonaise et chinoise, détail que l’on remarque de suite à son bâtiment principal. Celui-ci achevé en 1293 est d’ailleurs reconnu comme « Trésor National » du Japon. Ce lieu occupe une place importante dans le bouddhisme car il est considéré comme un des premiers temples a avoir aidé à populariser le bouddhisme au Japon en adoptant une nouvelle forme de statue de Bouddha. Il fait d’ailleurs parti du pèlerinage des 6 sanctuaires Jizo de Kobe, de celui des 26 temples bouddhistes de Akashi et aussi du pèlerinage des 25 temples Kannon du Kansai.

Taisan-ji est ancien et a du potentiel, cependant il ne dévoile ses beautés qu’à des périodes précises, ainsi il est facile de se retrouver face à de nombreuses portes closes. Derrière celles-ci ce cache un Bouddha de l’ère Kamakura qui fait parti du pèlerinage des 13 bouddha de Kobe !

P1012754.jpg

Celles-ci, qui date de l’ère Edo, abritent un superbe plafond de fleurs peintes qui n’est visible du public que pendant le festival des fleurs qui a lieu le 8 mai.

P1012816.jpg

Au milieu des montagnes vertes, cet ancien temple offre un joli dégradé de couleurs. Des tons chauds, jaune, rouge, orangé en automne et des tons plus doux au printemps avec les cerisiers. Sa grande pagode à trois étages émerge de ces arbres en feu et surplombe son territoire, sa vue n’étant bloquée que par les montagnes qui l’entourent.

P1012788.jpg

A coté du temple et à l’abri des regards, se cache le petit jardin An’yo-in, mais attention celui-ci est particulier. En effet, il s’agit d’un jardin de pierres qui date de l’ère Azuchi-Momoyama. Des pierres de toutes formes et de toutes les tailles dont la position a été méticuleusement choisie. Assis dans l’engawa* sur des zabuton* de pailles tressées, c’est dans le silence qu’il se contemple. Une ambiance zen ou l’odeur de l’encens nous caresse les narines et ou les rayons du soleil nous réchauffe le visage. Cependant, l’accès à ce jardin est payant et il n’est ouvert aux visiteurs qu’à deux périodes dans l’année, en novembre du 15 au 30 et au printemps du 27 avril au 5 mai

P1012685.jpgP1012877.jpg

*zabuton : coussins pour s’asseoir parterre.

engawa : sorte d’étroit couloir extérieur d’une maison japonaise, si on enlève les portes coulissantes coté jardin, celui-ci peu se transformer en véranda. 

Adresse : 224 Zenkai Ikawadani-cho Nishi-ku Kobe

***

J’ai fais quelques escapades entre parcs et montagnes pour aller admirer les momiji et j’ai posté plusieurs photos sur la page Facebook du blog, alors n’hésitez pas à y faire un tour pour les voir. 

Kyoto – kimono sous les érables rouges des temples Nanzenji et Eikando

Comme vous le savez, en automne au Japon, ce sont ces jolies petites étoiles rouges qui ont la cote. Ainsi, une fois n’est pas coutume, je suis retournée à Kyoto avec des amies françaises pour une journée spéciale kimono x momijiNous sommes retournées à la boutique de location One à Kawaramachi, là où nous avions loué nos kimono pour aller voir les cerisiers. Ma belle-mère m’avait dit qu’en automne on portait plutôt des kimono sombres, alors je me suis mise en quête d’un kimono dans ces tons-là. J’en ai choisi un noir à carreaux dans un style un peu rétro, que j’ai accessoirisé avec un obi rouge pour faire un petit rappel avec la couleur écarlate des érables que j’aime tant.

** Deux copines du groupe ont filmé notre sortie kimono, si vous voulez y jeter un œil, c’est par ici FranetLaura.

 

Première escapade

Nous voilà aux abords du temple Nanzen-ji. Il y a déjà du monde, de quoi nous donner une idée de ce qui nous attend sur place. Arrivées devant l’immense porte Sanmon nous sommes frappées par l’incroyable panorama de couleurs que nous offre cette saison. La beauté de la nature, un vrai plaisir pour les yeux ! Ces petites étoiles rouges si fragiles étaient encore en bonne forme et la lumière du soleil qui les transperçait les sublimait d’avantage. Déambulant dans le jardin et nous nous retrouvons aux pieds de l’imposant pont-aqueduc datant de 1888 et qui donne une pointe d’exotisme romain au lieu. Scrutant ses arches, je me voyais bien assise à l’intérieure de l’une d’entre elles absorbée par un bouquin. J’imagine que ce doit être un endroit un peu plus calme en dehors des périodes touristiques .

Quatre étrangères en kimono ça ne passe pas inaperçu et ce malgré la foule. Beaucoup nous ont fait des compliments et certains ont eu la politesse de demander à nous prendre en photo alors que d’autres se permettaient de le faire à notre insu, voire même de nous filmer !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPB260549.JPGOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Seconde escapade

Nous laissant porter par la foule jusqu’au temple Eikando, nous sommes finalement enliser dans une véritable marée humaine. Victime de son succès en cette saison, l’enceinte du temple était noir de monde. Ainsi dans le jardin comme dans le temple, nous devions avancer au pas. Les momiji étaient certes resplendissants, mais le lieu en lui-même perdait un peu de son charme… Le jardin rempli de koyo semblait avoir pris feu, encerclant ainsi sa grande pagode. L’exploration du temple s’est faite en chaussettes, nous laissant alors vulnérables au froid qui nous titillait les pieds. Une longue file trônait devant le comptoir des go shuin, pour obtenir le précieux sceaux du temple dans son carnet, le temps d’attente était estimé à 1h. J’ai alors préféré prendre une feuille à part avec le sceau préalablement tamponné. Errants dans le jardin au milieu des flammes, le brouhaha des gens persistait, pas le temps de s’arrêter pour s’extasier devant le magnifique dégradé de couleurs, il faut avancer. La sortie approche, retour à la vie, on peut enfin respirer !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAPB260648.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

  • Photos bonus, l’envers du décor, un bain de foule ça fous dit ?

Avec un monde pareil ça donne juste envie de faire demi tour, pas facile de prendre du plaisir à visiter dans ces conditions. 

PB260692.JPGOLYMPUS DIGITAL CAMERAPB260489.JPG

Momiji à Miyajima

12207843_10207828857863281_2087963108_nCette année nous sommes allés admirer les momiji à Miyajima. Malheureusement le beau temps n’était pas au rendez-vous et malgré la pluie, les érables étaient tout de même très beaux ! L’automne japonais est vraiment magnifique ! C’est pour ses couleurs flamboyantes que j’adore l’automne et que c’est ma saison préférée. Nous nous sommes promenés dans le parc Momiji dani kouen qui s’étend à travers la montagne et vous mène jusqu’au Ropeway qui vous emmènera encore plus haut, toujours plus haut, en vous faisant découvrir de très beaux paysages entre forêt et mer. Je vous conseille fortement de venir à Miyajima pour voir les momiji surtout si vous aimez la randonnée^^

12212434_10207828857903282_6311658_n

Comme à Nara, nous avons croisés des daims, par contre, je trouve ceux de Miyajima moins « agressifs » (du moins ceux que j’ai approché). Ils n’ont pas donné de coup de tête ou pincé les vêtements et les sacs pour avoir à manger. 

12231255_10207828859063311_363216943_n

Momiji 2014

Momiji 2013 au Chateau d’Osaka

Momiji 2011 à Arashiyama 

Le chateau d’Osaka aux couleurs de l’automne

Aujourd’hui, après-midi au parc du château d’Osaka pour contempler les momiji, ces magnifiques érables rouges que j’aime tant. Jour de semaine, il y a peu de monde comparé aux foules des weekends. Le ciel est bleu, il fait très beau, c’est un temps idéal pour se promener et prendre des photos. La période des momiji a autant de succès que celle des cerisiers. Les lieux réputés pour les admirer sont submergés de Japonais et de touristes, ce qui fait qu’où qu’on aille il y a un monde fou, notamment les weekends. En général, les temples de Kyoto sont les plus populaires.

Je ne sais pas si c’est parce que j’aime la couleur rouge, mais j’affectionne particulièrement les érables rouges, je les trouve si beaux, si élégants, c’est un vrai plaisir pour les yeux et ça fait de belles photos. Je pourrais les contempler et les photographier sous tout les angles pendant des heures. S’il y a bien une chose que j’ai appris au Japon, c’est prendre le temps d’admirer la nature ! 

2013-12-03 15.48

20131203_142437

fb_img_1519335711863.jpg

Mont Daisen

Apres quelques heures de voiture, nous voilà dans la préfecture de Tottori près du mini Fuji, le mont Daisen. Ma belle-famille et moi avons séjourné dans une pension de famille en pleine montagne, ils y vont depuis 25 ans ! Nous espérions pouvoir admirer les momiji, ces couleurs rouges et jaunes tellement caractéristiques de l’automne. Mais bien que nous soyons en novembre les couleurs automnales sont en retard. Par contre, dans le nord, elles sont déjà un peu plus présentes. Cette année le temps est étrange, l’été était bien plus chaud que l’année dernière et il a aussi duré plus longtemps. J’ai l’impression que nous allons passer directement de l’été indien à l’hiver.

*

20131102_152554

Nous avons fait une randonnée en montagne pour aller voir une cascade. Nous avons fait deux heures de marche aller-retour. Apparemment beaucoup de personnes ont eu la même idée que nous. Il faisait beau et bon, idéal pour une longue marche à travers des chemins pas très surs, des escaliers raides et étroits, des ponts à traverser. Tout était calme, quelques arbres commençaient à rougir et à jaunir timidement. Notre chienne Bianca nous a accompagné, elle s’est bien amusée et elle était bien fatiguée à la fin de la journée ! La cascade était vraiment très belle, elle laissait échappait un agréable bruit à écouter le temps de se reposer. Je déteste les insectes, mais j’aime bien passer deux, trois jours en montagne, ça fait du bien, c’est calme, il y a toujours de belles choses à voir, on dort mieux, on a plus d’appétit, ça change de la ville !