Kobe : Sumadera, temple entre guerre et secrets

Fondé en 886, Sumadera est un temple bouddhiste qui se situe à Kobe dans l’arrondissement de Suma. Très ancien et de part son histoire dans la religion, c’est un lieu important pour les locaux.
 P1011367.jpg

L’enceinte du temple est grande et ses paysages sont aussi appréciables au printemps sous les cerisiers, qu’en automne sous les érables rouges. Peu touristique, c’est l’endroit idéal si vous voulez éviter la foule et visiter au calme.

P1011364.jpg

Fin avril, il est d’ailleurs possible de venir participer à deux cérémonies du thé, on peut également profiter d’un concert de Koto, il s’agit d’un instrument de musique à cordes pincées utilisé en musique japonaise traditionnelle, notamment dans le théâtre kabuki et le bunraku. D’ailleurs j’ai eu un gros coup de cœur pour les moulures du bâtiment dans lequel on pratique justement la cérémonie thé matcha. Les détails, le travail du bois et surtour les yeux, c’est superbe !

 

On y trouve aussi cette superbe pagode de trois étages. Malheureusement celle-ci n’est pas d’origine, en effet l’original fut détruite 800 ans plus tôt lors du grand tremblement de terre de 1596 puis elle fut reconstruite en 1984.

 

De nos jours, il sert aussi de mémorial de la guerre de Gempei qui opposait les deux clans les plus influant de l’époque, les clans de Taira et Minamoto. En effet dans la « salle du trésor » on peut y voir quelques reliques et des représentations historiques de ce qui s’est passé durant cette guerre.

P1011358.jpg

La raison principalement de ma venue ici était de continuer ma collection de goshuin, notamment celui des Sept Dieux du Bonheur, et pour voir les cerisiers qui l’habitent et bordent le petit étang qu’il y à coté.

P1011470.jpg

P1011566.jpg

Mais finalement Sumadera fut une belle surprise, un bel endroit, et contre tout attente, très interactif ! En effet, l’enceinte est rempli de statues en tout genre, dieux, ou animaux, chacune a son petit secret. Un ours qui chante, des singes qui répondent à une caresse sur la tête, des pierres qui bougent, une grenouille qui perd la boule, une tortue qui porte chance, une horloge magique et bien d’autres encore ! A présent, c’est à vous de jouer, venez et partez à une chasse aux trésors pas comme les autres. Une activité qui devraient d’ailleurs ravir les enfants ! 

P1011410

 

Publicités

Sakura, les fleurs de cerisiers crue 2019

Le printemps est arrivé. Les fleurs de cerisiers fleurissent petit à petit sur l’archipel. Les villes et les parcs se parent de touches de couleurs blanches et rosées. Comme chaque année, c’est avec impatience que les Japonais guettent la pleine floraison de ce symbole national afin de venir les contempler.

P1011080.jpg

Ainsi c’est au moment de leur apogée, qu’armés de leur appareil photo ses adorateurs viennent immortaliser leur beauté. Les Japonais ont une grande affection pour les sakura. Un symbole de renouveau, mais aussi et surtout de beauté éphémère, rappelant notre vie de mortel dont le destin est de tomber pour retourner à la terre.

P1011013.jpg

Dans les parcs, en pleine rue, pres des rivières ou en montagnes, tant de possibilités et de paysages à observer. Quand les cerisiers sont en fleur, tout est sublimé, leur présence suffit à nous émerveillés.

P1010969.jpg

P1011116.jpg

Sakura, petites fleurs, aux pétales délicates et fragiles dont la vie ne tient qu’à un fil. L’union fait la force, ensemble elles nous en mettent plein les yeux et semblent invincibles. Cependant, un coup de vent suffit à les faire tomber en disgrâce. Elles s’envolent, tourbillonnent, dansent au gré du vent avant de connaitre une chute fatale. Quand leur heure est venue, elles tapissent nos rues, ou voguent sur les cours d’eau pour un dernier voyage.

P1013418.jpg


Ainsi, de part cet attachement aux fleurs de cerisiers, il existe de nombreuses chansons à leur sujet. En voici quelques-unes, probablement les plus connues. Est-ce que les connaissiez deja ou en connaissez-vous d’autres ?

SakuraIkimonogakari  🌸 さくら・いきもの がかり

Sakura – Naotaro Moriyama 🌸 桜・森山直太朗

Sakura – Kobukuro 🌸 桜・コブクロ

Sakura, les fleurs de cerisiers du parc de Shukugawa

Le printemps est là, les fleurs de cerisiers ont fait leur entrée. Hélas, à l’heure actuelle, beaucoup auront déjà tiré leur révérence, s’envolant au gré du vent et tapissant nos rues. Cette année, c’est avec une dizaine de jours d’avance qu’elles nous ont honoré de leur présence, c’est d’ailleurs la deuxième floraison la plus avancée depuis 1953 ! Pour cette fois-ci, j’ai décidé d’aller me délecter de la splendeur des sakura du parc de Shukugawa. Le pique de floraison était juste magnifique, un vrai plaisir pour les yeux malgré le monde. En effet, les adorateurs de ces fleurs emblématiques et si précieuses pour les Japonais étaient comme toujours au rendez-vous pour admirer leur beauté éphémère. Déjeuner à leurs pieds, se promener dans leurs allées fleuries, jouer à leur coté, apprécier le moment présent et les merveilles de la nature, mais surtout, les immortaliser. En raison de leur floraison avancée, qui du coup est en décalage avec la rentrée scolaire, j’ai vu beaucoup de parents prendre en photos leurs enfants vêtus de leur uniforme et portant leur randosel pour avoir LA photo souvenir de cette nouvelle année scolaire qui commence. Bonne rentrée à tous !  

P1012035P1011693P1011962P1011759P1011754P1012021P1011719P1011972OLYMPUS DIGITAL CAMERAP1012055

P1011702

*

Les fleurs de cerisiers, symbole de la vie à la fois belle et courte, profitons de chaque instant que la vie nous offre.

*

 

 

Kyoto – kimono sous les cerisiers du sanctuaire Heian Jingu

Le week end dernier je suis allée à Kyoto avec deux amies et nous avons loué des kimonos pour nous promener dans la ville. Puis comme nous étions en plein dans la saison des cerisiers, nous sommes allées contempler ceux du jardin du sanctuaire Heian Jingu.

D’abord nous sommes allées à la boutique de location de kimono où nous avions réservé pour 10h. La boutique s’appelle One et se situe à moins de 5min à pied de la gare Kawaramachi. Voici le site, One. Ils proposent plusieurs forfait, à 3000 yens, 4500 yens et 6000 yens. Le prix varie selon le type de kimono, et comprend le kimono, le obi, les zori et le sac. Pour 1000 yens en plus il est aussi possible de se faire coiffeur. Le temps de choisir le kimono, de se faire habiller et coiffer ça prend environ 1h. Puis en cas de pluie, on peut aussi louer un parapluie pour 500yens. La location de kimono est très prisée par les touristes, du coup ne vous inquiétez pas, parmi le personnel il y aura forcément quelqu’un qui parlera un minimum anglais. 

Une fois prêtes et après avoir pris un déjeuner léger, nous nous sommes dirigées vers le sanctuaire Heian Jingu. Compte tenu des nombreux jours de pluie que nous avons eu début avril, nous appréhendions l’état des cerisiers, mais finalement pour notre plus grande joie ils étaient encore en très bon état ! Ce jardin regorge de magnifiques cerisiers pleureurs, des 枝垂桜 (shidare zakura) qui sont d’un rose si joli et si doux. Je n’ai jamais été autant en extase devant des fleurs. Vu le beau ciel bleu que nous avions et les superbes sakura du jardin, nous avons pu faire de belles photos souvenirs.

Bien que j’ai toujours beaucoup aimé les kimono, c’était la première fois que j’en louais un pour me balader et j’ai tout simplement adoré ! Depuis, je n’ai qu’une hâte c’est de réitérer cette expérience. Il y avaient des kimono si beaux et élégants dans la boutique, c’était vraiment difficile de choisir. Mon dernier passage à Kyoto remonte à avril 2013 et je crois que cette journée m’a fait redécouvrir le charme de la ville. Si vous êtes de passage au Japon, j’hésitez surtout pas à vous faire ce petit plaisir ! 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Heian Jingu Ushinen – Kyoto
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Heian Jingu Ushinen – Kyoto

Sakura, les cerisiers de mon quartier

A l’heure où je vous écris, les cerisiers tirent leur révérence, tapissant ainsi les rues nippones de leurs petits pétales roses. Chaque année les villes, les parcs, les jardins prennent des tons rosés, un vrai plaisir pour les yeux, signe que le printemps est là. Dans la région du Kansai, les cerisiers ont commencé à fleurir fin mars et ont été à leur apogée du 2 au 6 avril. Comme il est de coutume, les Japonais et les touristes viennent les contempler et les photographier en masse, mais aussi pique-niquer à leurs pieds assis sur de grandes bâches bleues. Ces petites fleurs sont vraiment belles, comment ne pas les regarder. 

Cette année je suis contentée des cerisiers de mon quartier. Si vous comptez venir au Japon spécialement pour voir les sakura, prenez soin de bien vous informer sur les périodes de floraison qui varient chaque année et selon les régions qui se fait progressivement du sud vers le nord. Ce serait vraiment dommage de faire un si long et onéreux voyage et de les rater de peu.

Dans la région du Kansai, voici les endroits les plus connus pour admirer les sakura : 

  • Le jardin du temple Heian Jingu à Kyoto ✓
  • Le parc du château d’Osaka
  • Les rives des rivières de Ashiya-gawa et de Shukugawa (se situent entre Kobe et Osaka) 
  • Le zoo Oji de Kobe
  • Le parc Sumaura à Kobe
  • Le parc d’Akashi
  • Le parc du château d’Himeji

P3300186
P4050251
P4050284

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sakura 2014

La rentrée scolaire approche, les cerisiers sont en fleur, le beau temps est là avec des températures idéales, ça y est le printemps est bel et bien arrivé !  Les promenades avec ma chienne ne sont que plus agréables et se rallongent. Le parfum des fleurs embaume les rues, c’est un vrai défilé olfactif qui nous accompagne à chaque pas. Cette année, pas besoin d’aller à Kyoto comme l’année dernière pour admirer les cerisiers, une ballade dans mon quartier suffit amplement. Par ici, les sakuras sont majoritairement blancs, mais ont tout autant de charme que les roses, et parfois, au détour d’une rue, on peut trouver de petites perles. La vue depuis le train offre également de jolis paysages, notamment dans la direction Nishinomiya-Osaka, les rails sont bordés de cerisiers blancs, de quoi ne pas s’ennuyer durant le trajet. Ce weekend, les grands parcs et les endroits les plus réputés pour contempler les cerisiers seront baignés de monde car à partir de la semaine prochaine, ces petites fleurs si fragiles et éphémères qu’affectionnent tant les Japonais commenceront déjà à tomber.

Personnellement, j’ai toujours une préférence pour les cerisiers roses, et vous ? 

** Sakura 2013

20140329_141907

P4030187

P4030202

20140329_141807

Kyoto – les cerisiers du sanctuaire Heian Jingu

A l’heure où je vous écrit, les pétales des fleurs de cerisiers recouvrent la plupart des rues. Ça fait de jolis tapis floral. Cette année, la floraison des cerisiers était bien plus tôt que d’habitude. Malheureusement, aussi beau que soient les sakuras, ils ne durent qu’une dizaine de jours. Comme pour les fleurs de prunier, ume, il y a plusieurs sortes de cerisier.

Les Japonais affectionnent particulièrement les sakura qui symbolisent pour eux tout ce qui est éphémère, ils en profitent donc pour aller les contempler par-ci par-là. Il y a toujours un monde qui vient, c’est dingue ! Autour de chez moi, il y a beaucoup de sakura blancs, j’ai juste besoin de traverser la rue pour les photographier. Cette année, mon mari et moi nous avons fait le hanami dans le jardin d’un ami ou il y a de beaux sakura. Il faisait un peu frais ce jour-là, mais c’était agréable de discuter et de manger des bento sous leur ombres. Je suis allée à Kyoto pour voir les sakuras du parc du sanctuaire Heian Jingu. L’entrée du parc est payante (6 euros), mais finalement je comprends pourquoi et ça vaut vraiment le coup de payer car les cerisiers sont tout simplement magnifiques ! Des cerisiers blancs, roses, pleureurs, de quoi en prendre plein les yeux ! 

Copie de 20130404_123336 Copie de 20130404_141537Copie de 20130404_124402