Arima-onsen, la ville thermale de Kobe

Au cœur des montagnes de Kobe, se cache Arima-onsen, ville thermale célèbre pour ses onsens, ses sources chaudes, et qui fait partie des trois plus anciennes sources thermales du Japon. En fait, Arima dispose de deux eaux. La kinsen qui est connue pour sa couleur rouille et réputée pour ses propriétés bienfaitrices pour la peau car elle est chargée en fer et en sodium. Puis la ginsen qui elle est claire et est composée de carbonate et de radium, elle est notamment conseillée pour soigner les douleurs musculaires. Très apprécié des touristes étrangers et Japonais, Arima-onsen rassemble hôtels et ryokans, auberges traditionnelles japonaises, afin de profiter au maximum des sources chaudes.

Loin de l’effervescence des grandes villes, Arima-onsen est avant tout un lieu de détente. On prend son temps pour se promener dans ses étroites ruelles pleine de charme qui rappelle, un Japon d’autrefois aux airs d’Edo.

On y découvre plusieurs temples dont le Nenbutsu-ji qui est dédié à un des Septs Dieux du Bonheur. On profite des onsens, des bains publics et/ou minimum du ashi-yu, le bain thermal pour les pieds qui se trouve en pleine rue. On flâne dans cette ville, qui à la merci de ces eaux brûlantes, fume et est marquée part sa couleur. Tout se qui est en contact avec l’eau Kinsen, pierres, tuyaux, se tient de sa couleur rouille.

On peut également titiller nos papilles en goûtant les tansan-sembei qui sont la spécialité de la ville. Ces galettes japonaises à l’acide carbonique fines et légères qui peuvent se déguster nature agrémentées de graines de sésame noir ou en sandwich fourrées au chocolat, à la fraise ou au matcha, le thé vert japonais. Elles sont réalisées à l’aide de cet instrument.

Résultat de recherche d'images pour

P1010967.jpg

Une petite chasse au trésor peut aussi être improvisée à travers la ville. Pas de pièces d’or à trouver, mais des onigawara ! Ce sont ces tuiles au visage de démons qui ornent les toits des temples et sont censé repousser le mal et ainsi protéger la maison des dieux. En effet, de jolies onigawara sont dispersées dans la ville, que se soit sur les toits des temples, dessinées, sur les murs, ou juste posées dans certains coins de la ville ! Le but étant d’en trouver à chaque fois une différente !

P1011037.jpg


A l’écart du centre, une balade au vert dans le parc Tsuzumigataki permet de découvrir la cascade du même nom et qui se passe par la ville.

P1010088

____

Personnellement j’aime beaucoup Arima-onsen, j’y suis déjà allée plusieurs fois et même si la ville est petite c’est toujours un agréable endroit où passer la journée. J’aime le charme de ses rues et j’adore le ashi-yu qui donne l’impression d’avoir les jambes en coton une fois sorti. Si vous êtes sur Kobe, j’espère que vous prendrez le temps de découvrir cette ville.

____

Adresse : Arima-cho, Kita, Kobe, Préfecture de Hyogo 651-1401

Arima, le parc Tsuzumigataki et sa cascade

Retrouvez-moi pour une petite virée au cœur des montagnes de la préfecture de Kobe. Direction la célèbre ville thermale de la région, Arima-onsen. Après avoir flâné dans la ville parmi ses jolies maisons japonaises et ses boutiques souvenirs. Éloignez-vous de la foule de touristes pour une balade au vert dans le parc Tsuzumigataki. Des cerisiers au printemps, des hortensias en été, des momji en automne, le parc offre une jolie palette de couleur tout au long de l’année, parfait pour des petites balades en forêt. C’est également le coin idéal pour observer des lucioles au début de l’été ! 

Tout d’abord, rejoignons la station de téléphérique Arima-onsen qui se trouve à l’entrée du parc et qui relie la station Rokko près de l’établissement Rokko Garden Terrasse. Le parc est également accessible en voiture et depuis la gare Arima-onsen à 20 minutes de marche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Empruntons l’escalier et suivons le sentier. La cascade, c’est par là !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le parc est calme, seul le chant de l’eau résonne, quand surprise on y découvre trois habitations. L’art de résider en pleine forêt, mais tout en restant proche des facilités de la ville. Nous voilà à un croisement, lequel choisir, celui qui semble aller tout droit, le sinueux qui descend ou le toboggan. Soyons fous et optons pour ce géant de pierre pour descendre. De part son matériau, celui-ci est si lisse et permet de glisser très, voire trop vite, attention à l’arrivée, au risque d’atterrir sur le derrière !

P1010106

Une fois en bas, nous voilà près de la rivière qui prend vie aux pieds de la maîtresse des lieux et qui s’écoule jusqu’à la ville. Remontons-là pour trouver sa créatrice dont le puissant bruit nous attire un peu plus à sa rencontre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis ce n’est que quelques pas plus loin que cette dernière fait son apparition. La cascade Tsuzumigataki, (taki signifiant « cascade »), se nomme ainsi en raison du son de sa chute d’eau, qui autrefois, ressemblait à celui d’un tambour japonais sur lequel on frappe. Hélas, à cause de la grande inondation de 1938 la cascade s’est effondrée et suite aux réparations, ce son qui lui était propre disparu à jamais. Du haut de son petit mètre 8, elle se déverse dans la rivière qui longe son parc et traverse la ville d’Arima-onsen. 

 

Image_31fecb3.jpg

P1010050.jpg

Un jizo et une toute petite boutique de restauration lui tiennent compagnie sur la terrasse qui permet de l’approcher. Laissons-nous tenter, prenons donc le temps de la contempler et d’écouter sa sérénade si apaisante en dégustant une tasse thé et une sucrerie japonaise avant de rebrousser chemin.

P1010076

______________________

Coordonnées : 1230 Arima-cho, Kita Kobe, Préfecture de Hyogo 651-1401