Kobe, pèlerinage des Sept Dieux du Bonheur 七福神

Je vous en avais déjà parlé précédemment ici, je collectionne les goshuin, les sceaux des temples et sanctuaires. A force de déambuler dans ces lieux, j’ai découvert qu’il existe divers pèlerinages à travers tous le Japon dont chacun à sa spécificité. De part ma situation géographique j’avais décidé de privilégier ceux de ma région, ainsi après avoir fait le pèlerinage des 8 sanctuaires de Kobe, je me suis lancée dans celui des sanctuaires des Sept Dieux du Bonheur de la ville portuaire !

Mais d’abord, qui sont donc ces Sept divinités de la mythologie japonaise ? Petite présentation rapide. 

Sans titre

Bishamonten, protecteur des richesses, c’est un dieu guerrier représenté en armure avec une lance et une pagode dans chaque main. Il est également le chef des quatre gardiens de Bouddha ce qui fait qu’il occupe une place importante dans la religion bouddhiste.

Benzaiten, ou Benten, est la seule femme du groupe. Déesse des arts, de la beauté, de la musique, des sciences, du savoir, de l’éloquence, mais aussi de la vertus, de la sagesse et de la longévité. Elle est souvent représenté accompagnée d’un serpent blanc, surtout avec un biwa dans les mains qui est un instrument de musique à cordes traditionnel japonais.

Fukurokuju, dieu de la sagesse, du bonheur, de la longévité, de la virilité et la prospérité. Il est décrit comme étant un vieillard chauve au crane allongé, ainsi qu’une canne et un parchemin à la main.

Hotei est le dieu de l’abondance, du contentement, de la bonne sante et du commerce. Il apparaît sous les traits d’un moine obèse, chauve aux grandes oreilles et souriant, ce qui lui vaut le surnom de « bouddha rieur ».

Juroji est le dieu de la longévité et de l’harmonie avec la nature, c’est pourquoi il est accompagné d’un cerf. Ayant aussi le physique d’un vieillard à longue barbe et tenant un parchemin à la main, il est aussi parfois représenté tenant une pèche, qui est un autre symbole de longévité.

Daikokuten est le dieu de la richesse, du commerce et des échanges, il est aussi souvent apparenté à Ebisu. Représenté comme un homme corpulent et souriant, on le voit à se tenir à coté d’un sac de riz et en porter un autre sur son dos contenant la patience et la sagesse

Ebisu est le dieu des pêcheurs, des marchands, de la prospérité et du travail honnête. On le représente souvent en kimono avec une canne à pêche et une dorade dans chaque main.

____________________

82227549_621305375306541_8807728307656196096_n.jpg

Normalement lorsque l’on tient un goshuin-cho, un carnet de pèlerin, on ne récolte que le sceau du temple en question, mais ici c’est celui du dieu qu’il faut demander ! Concernant le pèlerinage de Kobe, il existe également un goshuin-cho spécial qui contient un dessin de chaque dieu à coté de son goshuin. Extérieurement il parait très simple, mais lorsque je le feuillette, je le trouve magnifique et vraiment classe.

Sanctuaire Minatogawa jinja  –  Sanctuaire Nagata jinja  –  Sanctuaire Ikuta jinja
Temple Tairyu ji – Temple Nenbutsudera – Temple Tenjouji – Temple Sumadera

Ce pèlerinage passe par les sanctuaires et temples les plus importants de Kobe. Suivre cette carte des dieux permet aussi de découvrir autrement la ville maritime en passant près de la mer, se promenant en plein centre-ville ou dans des quartiers populaires et même en s’aventurant en montagne ! Par contre, comme il est nécessaire de récolter trois goshuin en montagne, il n’est pas possible de le faire en un jour, à moins de vraiment se dépêcher sans s’imprégner des lieux et profiter des découvertes qu’il est possible de faire ce qui serait vraiment dommage. 

Pour commencer 2020 je voulais vous présenter ce pèlerinage en particulier car, bien qu’il puisse se faire n’importe quand, il est recommandé de le faire en début d’année afin que la collecte complète de celui qui la réalise lui porte chance et lui apporte une bonne année. Alors, si vous êtes au Japon en janvier / février, faites comme les Japonais et peut être que votre année sera sous une bonne étoile !

***

J’en profite pour vous souhaite une très bonne et heureuse année de la souris ! 

Pèlerinage des 8 temples de Kobe 神戸八社巡り

En plein cœur de la ville portuaire, aux pieds des buildings ou cachés entre les habitations, de petits temples sont à l’abri des regards. De part leur taille, ceux-ci n’en sont pas pour autant moins importants, bien au contraire ! Ils font partis du pèlerinage des 8 sanctuaires de Kobe. Allant de l’est vers l’ouest, ils se trouvent dans une zone placée sous la protection du grand sanctuaire de la ville, Ikuta Jinja qui a plus de 1000 ans.

Ils se nomment respectivement Ichinomiya, Ninomiya, Sannomiya, Yonomiya, Gonomiya, Rokunomiya, Shichinomiya et Hachinomiya. Leur nom signifie littéralement, le premier sanctuaire, le deuxième sanctuaire, et ainsi de suite jusqu’au huitième. Ceux qui sont déjà venus à Kobe, on peut être fait le lien en lisant la phrase précédente, mais en effet le quartier principal de la ville se nomme Sannomiya en référence au temple lui-même qui s’y trouve !

Ces 8 sanctuaires sont dédiés à 3 déesses et à 5 dieux qui ont vu le jour quand la déesse Amaterasu-omikami et Susanoo-no-mikoto se sont échanges un joyau et une épée qui sont précieusement conservés dans un des huit sanctuaires. Ce sont les dieux protecteurs de Kobe.

Faire ce pèlerinage permet de découvrir une autre facette de Kobe à travers des quartiers assez éloignés du centre et pas touristiques. Il est possible de le faire en une journée en se déplaçant en métro et en bus. Pour recueillir les goshuin, les sceaux des temples, vous avez le choix entre un carnet de pèlerin classique ou un dépliant qui laisse un emplacement spécial pour chaque tampon. Contrairement aux grands sanctuaires ou il y a un comptoir dédié aux goshuin, pour ceux-là, il n’y en a pas. Cela peut être déroutant, mais en fait il faut directement sonner chez le responsable du temple qui se présentera alors à la fenêtre prévue à cet effet. Cependant, comme il s’agit de particuliers, il se peut que certain ne soit pas chez eux lors de votre passage, ce fut mon cas pour le sanctuaire Shichinomiya. Par chance, ils avaient laissé quelques feuilles de goshuin déjà prêts sur un petit plateau, alors je me suis servie en cachant mes 300 yens sous le plateau.

⛩️ ⛩️ ⛩️

Ichinomiya jinja 一宮神社

Apparenté  à une des trois déesses, celui-ci est connu comme le protecteur de la sécurité en mer et du développement de la création, .

P1010625P1010617

 

Ninomiya jinja 二宮神社

Lié au dieu de l’effort et de l’agriculture.

P1010630P1010633

 

Sannomiya jinja 三宮神社

Dédié à une des trois déesses, il est le protecteur de la sécurité en mer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Yonomiya jinja  四宮神社

Affilié à une des trois déesses, il était autrefois connu comme le protecteur des maiko, mais de nos jours il est le protecteur des activités nocturnes, tel que les cabarets ou les bars.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Gonomiya jinja  五宮神社

Dieu de la fertilité, il fut déplacé sur cette colline à cause de sa rivière voisine qui débordait souvent

P1010695.jpg

 

Rokunomiya – Hachimiya jinja  六宮神社 八宮神社

Rokunomiya fut affilié religieusement à Hachinomiya en 1888 lors de la construction du lycée Kusunoki.
Hachinomiya, lui, fut déplacé en 1909 à son emplacement actuellement afin de céder le terrain pour le nouveau siège de police préfectorale de Tachibu.

P1010801.jpg

 

Shichinomiya jinja  七宮神社

Lié au dieu de la sécurité en mer, du mariage et de l’aménagement du territoire.

P1010968.jpg

⛩️ ⛩️ ⛩️

Lors de vos visites pensez a saluer les maîtres des lieux. Pour savoir comment prier, je vous conseille la note de Joranne qui explique tout ça en dessin.