Tranche de vie, ce que j’aime faire l’été au Japon

Cette année la saison des pluies a pris un peu de retard, ce qui fait que l’été en a fait de même. Ce fut donc de longues semaines de pluie et d’humidité intense qui ne me donnaient pas du tout l’impression d’être en été ou en vacances avec tout ce que cela implique. Puis fin juillet, la canicule s’est installée, 37 degrés, mais 45 de ressenti avec des journées harassantes sous les rayons du soleil ainsi que des nuits encore bien chaudes et lourdes. Cependant, même si je déteste et surtout supporte de moins en moins la chaleur japonaise, voici un retour sur ces trois choses que j’aime faire en été au Japon. 

***

花火

Hanabi, ou littéralement « fleur de feu », c’est joli, non ? Les feux d’artifices sont probablement l’attraction préférée des Japonais. Les gens se ruent, s’attroupent pour trouver LA place qui leur permettra de contempler au mieux le spectacle. Pour l’occasion les yukata sont aussi de sortie. Dans le calme plat, seuls le son des feux d’artifice résonne dans la nuit. Ces féeries nocturnes plongent ses spectateurs dans une bulle. Le temps d’un instant, ils ne pensent à rien et profitent juste du moment présent. Émerveillés par la beauté du tableau dont ils sont témoins, quelques « sugoi » et « kirei » ponctuent cet arrêt dans le temps. Hélàs, une fois le spectacle terminé, le retour à la réalité se fait sans attendre. Il ne leur reste plus qu’à braver les rues noires de monde et les trains bondés pour rentrer chez eux. 

Accompagnée de ma belle-famille, nous sommes allés voir le Naniwa Yodogawa Hanabi qui est le grand feu d’artifice d’Osaka qui a lieu sur la rivière Yodogawa. C’est un événement qui attire aussi énormément de monde et l’ayant vécu il y a 7 ans, je ne comptais pas m’y aventurer cette année, notamment avec mon fils, mais finalement mes beaux-parents ont pris des tickets pour avoir des places assises au bord de la rivière. Ainsi nous étions aux premières loges et le feu d’artifice était magnifique ! Pendant une heure, nous étions tous hypnotisés par ce spectacle, c’était vraiment grandiose. Pour le retour, nous avions attendu une heure sur place afin d’éviter le pire de la foule sur le chemin du retour et dans les trains. 

浴衣

Les yukata, ces légers kimono d’été en coton. Moins chaud, moins lourd et moins compliqué à mettre qu’un kimono, mais tout aussi élégant ! Tant de teintes et de motifs différents. Il suffit de la couleur du obi, d’un accessoire particulier, du choix du nœud du obi ou tout simplement de la coiffure pour en changer le style. Un seul yukata peut avoir plusieurs vies. Il suffit de se laisser guider par sa créativité et ses envies !

Puis bien sur, je n’ai pas manqué de faire ma sortie estivale en yukata avec mes amies françaises de Kyoto. J’ai encore du mal à bien mettre un yukata, mais j’avoue être contente d’au moins bien maîtriser le nouage du obi. Cette fois-ci nous sommes allées au jardin japonais Murin-An qui était ouvert au public pour quelques jours. C’était la première fois que j’y allais et c’est vraiment un bel endroit. Nous y avons aussi fait une pause boisson sur des tatami afin de nous rafraîchir et de contempler ce superbe jardin que j’ai trouvé tres apaisant.

P1015412.jpg

 

Les matsuri, ces festivals indissociables de l’été nippon. Les célèbres comme Gion Matsuri  à Kyoto ou Tenjin Matsuri  à Osaka attirent énormément de monde. Les petits de quartiers, eux, sont beaucoup plus conviviaux. Des lanternes éclairent les rues. Des stands proposent jeux, nourritures et boissons. Les kakigori aux goûts multicolores rafraîchissent les convives. Des musiques de danses traditionnelles Bon-Odori accompagnent le chant des cigales. Les yukata offrent des touches de couleurs à travers la nuit. Les gens s’amusent et profitent de ces nuits chaudes d’été.

Les matsuri, ces festivals qui animent l’été dans chaque ville et rassemblent tant de monde. Cette année je suis allée un petit peu au Tenjin Matsuri qui est un des trois plus grands festivals traditionnels du Japon. Lors de la procession, des volontaires portent le mikoshi qui est une sorte de sanctuaire portatif. Après avoir paradé plusieurs heures dans le quartier, ils le déposent sur une barque pour le faire défiler sur la rivière Okawa avec plusieurs bateaux.

67787262_1669112953233175_1354860425799270400_n.jpg

Publicités